Renzi dit sa colère contre Tusk sur les réfugiés

le
1

BRUXELLES, 16 octobre (Reuters) - Matteo Renzi a exprimé vendredi sa colère à l'encontre du président du Conseil européen, Donald Tusk, qu'il accuse d'avoir fait un affront au peuple italien par ses propos sur la façon dont les réfugiés sont accueillis en Italie. Il est rare qu'un chef d'Etat ou de gouvernement d'un pays membre de l'Union européenne s'en prenne ainsi personnellement à un responsable d'une institution de l'UE. A l'issue d'un sommet européen présidé par Donald Tusk à Bruxelles, Matteo Renzi a été interrogé par la presse au sujet de propos tenus la semaine dernière par le président du Conseil européen. Ce dernier avait associé l'Italie à la Hongrie en les désignant comme des pays ne respectant pas les règles de l'UE en matière d'accueil des migrants. "Les paroles qu'a employées le président Tusk manifestent peu de respect à l'égard des efforts du peuple italien", a répliqué vendredi le président du Conseil italien, en affirmant que l'Italie avait sauvé "des dizaines de milliers" de réfugiés depuis plusieurs années et donné "des leçons de civilisation et de générosité" aux autres pays européens. Des diplomates italiens ont souligné que les critiques adressées par Donald Tusk avaient été jugées d'autant plus blessantes que la Hongrie, dirigée par un gouvernement ouvertement hostile à l'immigration, a érigé des barrières de barbelés à ses frontières. (Francesco Guarascio; Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le vendredi 16 oct 2015 à 09:36

    La Pologne est le mauvais exemple de pays entré dans l'Europe par erreur : pays pro-OTAN qui achète américain.