Rentrée universitaire : « Pour m'inscrire, c'est mort »

le , mis à jour à 10:46
0
Rentrée universitaire : « Pour m'inscrire, c'est mort »
Rentrée universitaire : « Pour m'inscrire, c'est mort »

Il a voulu y croire jusqu'au bout. Mais après un énième aller-retour au secrétariat, Thomas, 22 ans, souffle bruyamment. « C'est mort, foutu. Je ne peux pas m'inscrire », déplore celui qui, de fait, n'a pas participé lundi à la prérentrée des étudiants de la filière administration économique et sociale (AES). Comme lui, ils étaient plusieurs dizaines vendredi à faire la queue devant le bureau de la commission dérogation de l'université Paris-VIII-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), dans l'espoir d'y obtenir un petit siège parmi les 22 000 étudiants du campus.

 

« Saint-Denis, comme Nanterre ou Paris-XIII ne sont que des exemples parmi d'autres des difficultés que rencontrent les étudiants à s'inscrire. Il y a de plus en plus de demandes, mais les universités n'ont pas les moyens d'y répondre. Résultat : certains restent sur le carreau », s'agace-t-on au siège du syndicat étudiant Unef.

 

Le manque de places, c'est ce que l'administration a rétorqué à Thomas pour justifier son refus de l'inscrire en troisième année de licence AES. Le jeune Parisien le concède : il n'a pas fait sa demande dans les délais. « J'avais fait appel de la décision de l'école de commerce de Strasbourg dans laquelle j'étais de ne pas valider mon année. J'attendais sa décision avant de me tourner vers la fac. Avec 9,6 de moyenne, deux ans de prépa et 7 500 € payés grâce à un prêt étudiant, je ne pensais pas qu'ils me fermeraient la porte fin août. Et maintenant, c'est au tour de l'université. Je suis venu tous les jours... il n'y a rien à faire », explique-t-il.

 

Les dossiers en attente s'empilent

 

Sariatha, 19 ans, jauge la longueur de la file d'attente. Après Nanterre, Paris-Diderot, Villetaneuse, Sorbonne-Nouvelle, Saint-Denis est la cinquième fac où elle essaie de se frayer un chemin. « Je n'en suis plus au point d'avoir des exigences, Je veux juste étudier. J'irai dans n'importe quelle ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant