Rentrée scolaire : la guerre des prix profite aux familles

le
1
Achat de fournitures scolaires dans un supermarché pour la rentrée des classes 2013  à Pontivy
Achat de fournitures scolaires dans un supermarché pour la rentrée des classes 2013  à Pontivy

Le coût de la rentrée scolaire pour un élève entrant en sixième enregistre pour la première fois une légère baisse cette année.

Le coût de la rentrée scolaire, établi pour la 32e année consécutive par l’association Familles de France, profite cette fois-ci de la guerre des prix à laquelle se livrent les grandes surfaces depuis plusieurs années.

Annoncé mercredi 17 août, le chiffre du coût de la rentrée scolaire pour un élève entrant en sixième en 2016 a enregistré pour la première fois une légère baisse, de 0,1 %, par rapport à l’année précédente, à 190,24 euros. Cette enveloppe stagne depuis deux ans – en 2015, la hausse était à peine de 0,70 %. Elle cache toutefois, selon Familles de France, de fortes disparités. Là où les prix des vêtements et de la papeterie sont en hausse de 3,7 % et 2,5 %, les fournitures non papetières baissent, elles, de 2,9 %.

L’institut GFK a constaté en juillet une érosion des prix de 2 %, avec une baisse particulièrement marquée sur les instruments d’écriture et de correction. « Les prix avaient déjà baissé de 2,1 % en papeterie lors de la rentrée 2015 », souligne Christophe Le Boulicaut, directeur général de Stabilo France et président de l’Association des industriels de la papeterie et du bureau, qui rassemble 42 entreprises du secteur.

Pour cette rentrée scolaire, les ventes ont débuté timidement, selon GFK, avec un recul de chiffre d’affaires de 12,5 % sur le rayon papeterie, à 108 millions d’euros, et une baisse des actes d’achat de 15,2 %, à 42 millions, dans les hypermarchés et supermarchés au mois de juillet. Pour Antoine Gachet, directeur des marchés de la pape...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • coche123 il y a 9 mois

    c'est surtout parce que la qualité baisse. A qualité égale les prix ne sont pas en baisse. Avoir des gommes qui ne gomment pas, de la colle qui ne colle pas, des stylos qui n'écrivent pas plus de deux mois ou des crayons de couleur qu'on ne peut pas tailler et que les professeurs de dessins ne veulent ce n'est pas vraiment ce que l'on peut qualifier de profitable pour les familles.