Rentrée scolaire : l'heure est aux économies pour les consommateurs

le
0
TrotzOlga/shutterstock.com
TrotzOlga/shutterstock.com

(AFP) - La rentrée scolaire reste un grand temps fort de consommation et les achats de fournitures sont attendus stables cette année, mais les consommateurs sont plus que jamais attentistes, en quête d'économies et de produits "justes".

Selon les premières estimations de l'institut GfK, les ventes de fournitures scolaires étaient en repli de 4% en valeur et de 7% en volume à mi-août.

"Le mois de juillet a été clairement mauvais, avec des chutes de l'ordre de 10% dans les rayons papeterie, et ce alors que la base de comparaison 2012 n'était déjà pas bonne. Mais depuis début août, la tendance s'améliore", tempère Hélène Brogat, chef du groupe papeterie/écriture chez GfK.

En magasin, on fait le même constat: après des débuts "timides", les ventes sont clairement en hausse depuis la mi-août, note-t-on chez Auchan et Carrefour.

Au final, experts et vendeurs restent optimistes, tablant sur un volume sensiblement équivalent à celui de l'an dernier.

"Le pic des achats arrive, puisqu'on réalise environ 50% de notre chiffre d'affaires rentrée sur les trois dernières semaines qui la précèdent", indique ainsi Laurent Gauthier, directeur du marché Ecolier chez Auchan.

Chez Bureau Vallée, chaîne spécialisée en papeterie, ce sont même 60 à 80% des achats qui sont effectués durant la deuxième quinzaine d'août.

"Depuis plusieurs années, les clients sont de plus en plus attentistes, concentrant de plus en plus leurs achats sur les dernières semaines voire les derniers jours précédant la rentrée" note Mme Brogat.

"Cela témoigne d'une volonté d'attendre les meilleures promotions, de comparer les prix mais également et particulièrement cette année, de profiter pleinement de l'été avant de penser à la rentrée", ajoute-t-elle.

"En juillet, avec le retour tant attendu du beau temps, les clients avaient plus la tête aux barbecues qu'aux cartables", renchérit M. Gauthier.

Tous les acteurs du marché s'accordent pour dire que cette année, la tendance sera plus que jamais à "l'achat raisonnable".

Recours au système D

"La préoccupation du prix et du pouvoir d'achat est encore plus forte que l'an dernier. Les clients veulent plus que jamais être rassurés sur le fait qu'ils ont acheté le bon produit - celui qui leur est vraiment nécessaire - au bon tarif", explique Thierry Pelissier, directeur marketing et communication Carrefour France.

Une étude du site Radins.com montre d'ailleurs une baisse sensible des budgets rentrée: alors que l'an dernier les Français ont consacré en moyenne 188 euros aux achats de rentrée, cette année, près des trois quarts (71%) n'envisagent pas de dépenser plus de 120 euros par enfant.

Une autre étude du site touslesprix.com montre que 45% des sondés effectueront leurs achats de rentrée avec le prix pour unique critère, alors que seuls 8% se tourneront vers les produits à la mode. Plus de la moitié compte également réutiliser les fournitures non utilisées de l'an dernier plutôt que d'en acheter de nouvelles.

La recherche d'économies passe aussi par l"achat juste", note Abdelatif Zoghlami, responsable de deux magasins Bureau Vallée.

"Les clients fuient les lots et ne veulent acheter que ce dont ils ont besoin", souligne le responsable de cette enseigne qui s'adapte en proposant des offres en vrac -produits vendus à l'unité sans emballage - pour répondre à ces nouvelles demandes.

"L'achat de rentrée est de plus en plus réfléchi", note également M. Gauthier. Loin de se tourner systématiquement vers les premiers prix, qui faute parfois de qualité suffisante oblige à racheter des produits en cours d'année, les consommateurs souhaitent surtout trouver le meilleur rapport qualité/prix, explique-t-il.

"Les familles ont de plus en en plus recours au système D. Elles comparent les prix entre enseignes, sur internet, mais ont également de plus en plus recours à l'achat groupé, au troc ou au recyclage. D'ailleurs, même les distributeurs s'y sont mis, avec des offres de reprise de cartables en échange de bons d'achats", note Valerie Dewerte de Radins.com.

Malgré cela, l'achat plaisir n'a pas pour autant disparu, mais il se concentre désormais sur deux ou trois produits: cartable, trousse ou agenda.

dep/bpi/nas

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant