Rentrée du gouvernement : la France de 2025 vue par les ministres

le
6
Rentrée du gouvernement : la France de 2025 vue par les ministres
Rentrée du gouvernement : la France de 2025 vue par les ministres

Après une brève parenthèse estivale, c'est la reprise pour le gouvernement qui fera lundi une rentrée groupée et anticipée, avec un séminaire à l'Élysée censé préparer la France de 2025 et redorer une cohésion ébranlée par une nouvelle querelle entre l'Intérieur et la Justice.

L'objectif lancé par la présidence est clair : «Préparer la France dès aujourd'hui à relever les défis qui seront les siens dans dix ans, à travers un diagnostic mettant en exergue ses forces et ses faiblesses».

Pour ce faire, les 37 membres du gouvernement ont été astreints à des devoirs de vacances dont les bonnes feuilles sont accessibles en ligne sur le site de l'hebdomadaire Le Point.

Pierre Moscovici, le ministre des Finances, juge «réaliste» un retour au plein emploi dans la France de 2025, qui devrait avoir «pleinement recouvré sa souveraineté budgétaire». Mais la cinquième puissance économique mondiale n'occuperait plus selon lui que «la huitième ou neuvième place». Le ministre met aussi en garde contre l'utopie du modèle industriel allemand, qui selon lui serait «sans doute idéal à court terme (...), mais ne correspondra plus à l'état de l'économie mondiale dans dix ans».

Très connecté, Manuel Valls promet des «forces de l'ordre 3.0 efficaces (allusion au Web 2.0, ndlr), proches de la population et à la pointe des avancées technologiques». Le ministre fait d'autres suggestions, comme la création de «maisons de l'État», qui devraient remplacer les sous-préfectures dans les zones dépeuplées. Valls entrevoit aussi «l'élection au suffrage universel» dans les principales intercommunalités.

Le ministre de l'Intérieur appréciera sans doute modérément en revanche la copie de sa collègue de la Justice, Christiane Taubira, qui entend lutter contre la surpopulation carcérale par «le développement des peines alternatives à l'incarcération». Dans une note publiée par le Monde, qui a fait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fgino le dimanche 18 aout 2013 à 10:52

    ah ah ah 2025 !! ça me rappelle ces gens qui regardent si loin qu'ils ne voient pas qu'ils vont marcher sur une crotte de chien !!

  • M4426670 le dimanche 18 aout 2013 à 09:31

    Et 2014 ?!!

  • mlaure13 le dimanche 18 aout 2013 à 00:21

    A tous les parlementaires godillots du PS…Vos états d’âmes vs vs les mettez ou on pense…Vous vs êtes bien assis dessus pour le mariage homo…Vous êtes des pots de fleurs avec de la mer-de dedans, et vous êtes super grassement payés pour ça ???...Hon-te à VOUS…Vous serez les premiers déco-letés quand la bête de Guillotin s’enfuira de son corridor !...

  • mlaure13 le dimanche 18 aout 2013 à 00:06

    Un politicard UM/PS et son staff (trop) payés par le contribuable, qui passent leur temps qu’à travailler pour eux, à leur carrière. Ceux qui cherchent à se bâtir des rentes ont pris le contrôle de l’Etat Français, depuis 1974, et n’a cessé de se renforcer. Pour la PREMIÈRE FOIS dans l’Histoire de France, pas un membre du gouvernement actuel n’a exercé la moindre activité dans le secteur privé et donc n’a JAMAIS pris le moindre risque. Les Rentiers sont au pouvoir…On en voit le résultat.

  • 2445joye le samedi 17 aout 2013 à 21:27

    La seule perspective qui occupe l'esprit d'un politicien français dans notre système est celle de la prochaine élection, qu'elle soit municipale, cantonale, régionale, législative, sénatoriale, européenne ou présidentielle. L'avenir à long terme, ils n'en ont cure.

  • papy988 le samedi 17 aout 2013 à 21:12

    Avant de regarder 2025, commencez messieurs les ministre vous qui dites de trop travailler de vous occupez du présent.Car comme c'est parti en 2017 et après ne sera plus votre souci.