Rentrée des classes 2014 : Luc Ferry note Najat Vallaud-Belkacem

le
0
L'ancien ministre de l'Éducation nationale Luc Ferry s'insurge de voir la valse des ministres rue de Grenelle.
L'ancien ministre de l'Éducation nationale Luc Ferry s'insurge de voir la valse des ministres rue de Grenelle.

Audrey Crespo-Mara : La réforme des rythmes scolaires : est-ce que Najat Vallaud-Belkacem peut réussir là où ses prédécesseurs se sont cassé les dents ?Luc Ferry : Sur cette réforme, elle réussira forcément parce qu'il est inimaginable que le gouvernement recule ! Il y a peut-être une trentaine de communes sur 36 000 qui refusent d'appliquer la loi, c'est epsilonesque ! Évidemment qu'elle sera appliquée ! Mais il est vrai qu'elle pose des problèmes aux mairies parce que ça coûte très cher aux municipalités, qui n'ont pas d'argent en ce moment. Et puis, si vous mettez en face des enfants, des animateurs, des intervenants extérieurs qui sont talentueux pour apprendre l'anglais, la physique, la science, les arts, ça peut être formidable, mais si vous mettez des branques, c'est une catastrophe ! Donc, c'est une réforme qui peut être épatante quand elle marche, mais qui peut être dramatique quand elle ne marche pas. Et ça fait peser sur les mairies une grande responsabilité. Mais voilà, ça se fera !Quand on entend le maire Nicolas Dupont-Aignan dire "Je vais cadenasser les écoles de ma ville !", Jean-Claude Gaudin à Marseille ne pas non plus vouloir appliquer cette réforme, n'y a-t-il pas, quand même, beaucoup de postures politiques ?Oui, bien sûr, il y a des postures politiques ! Et la droite pourrait quand même être un peu plus lucide. L'erreur a été commise en 2008, c'était la semaine de quatre jours. Dans mon...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant