Renseignements téléphoniques : des tarifs en hausse de 564% en dix ans

le
1
Renseignements téléphoniques : des tarifs en hausse de 564% en dix ans
Renseignements téléphoniques : des tarifs en hausse de 564% en dix ans

Dix ans après le remplacement du « 12  » par des numéros en 118, le marché d,es renseignements téléphoniques, selon l'association UFC Que Choisir, est devenu «complètement fou». Aujourd’hui, le moindre appel vers l’un de ces services coûte au minimum 2 euros auxquels s’ajoutent entre 50 centimes et 2,99 euros par minute passée en ligne.

«Une fortune, surtout quand on sait que le temps qui s’écoule après la mise en relation est facturé au même prix que les premières minutes. Résultat : le fait de rester en ligne dix minutes avec son interlocuteur, après avoir été mis en relation par un 118, peut générer une facture dépassant les 30 €, alors que la même communication aurait eu de grandes chances d’être gratuite si l’appelant avait composé lui-même le numéro», s'insurge l'association de consommateurs.

28 millions d'appels en 2014 contre 214 millions en 2004

Si internet permet d'obtenir aujourd'hui d'obtenir immédiatement le numéro d'un interlocuteur, les numéros 118 ont vu leur fréquentation fortement chuter. En 2014, 28 millions d’appels ont été passés vers les services de renseignements contre 214 millions dix ans plus tôt.

De fait, en dix ans, les revenus générés par ces appels ont été divisés par deux, passant de 223 à 120 millions d’euros par an... Une perte qui a obligé de nombreux acteurs à mettre la clé sous la porte. Pour autant, ceux qui ont résisté cherchent à se diversifier en proposant de nouveaux services (réservation de billets d'avion, trouver un plombier,... )

Pour l'UFC, ces services «ont pour point commun de coûter très cher». Or, selon l'association, de nombreux éditeurs ne respectent pas forcément toutes les règles pour informer les clients sur le coût de leur communication et la durée des appels qui en principe ne peut pas dépasser les 30 minutes.

Une augmentation de 564% du tarif de la première minute

Selon l'association UFC Que Choisir, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • stricot il y a 7 mois

    Que tout ca disparaisse. La vente des numeros de renseignement au mieux-disant et a des prix delirants laissait supposer cette derive. La majorite des gens s'en contrefichent, ceux qui en souffrent sont surement en majorite les petits vieux sans internet habitues a ces services.