Renseignement : «On ne fait pas la guerre avec les moyens de la paix», pour NKM

le
2
Renseignement : «On ne fait pas la guerre avec les moyens de la paix», pour NKM
Renseignement : «On ne fait pas la guerre avec les moyens de la paix», pour NKM

Le projet de loi sur le renseignement sera examiné à partir de 16 heures, ce lundi, par les députés. Destiné à renforcer les moyens d'action des services de renseignement, tout en mettant à jour le cadre administratif et juridique de leurs missions, qui date de 1991, le texte propose des avancées nécessaires aux yeux de ceux qui le soutiennent, mais, pour ses opposants, empiétera trop sur les libertés individuelles.

«Nous allons voir ce que donne le débat parlementaire, il y a déjà eu des évolutions en commission», assure ce lundi matin François de Rugy, coprésident du groupe des Verts à l'Assemblée nationale, qui compte dans les rangs des écologistes favorables au projet. «Il ne faut pas perdre de vue le but de ce projet de loi», rappelle le député qui ce lundi sur France 2 défend, face à ceux qui craignent notamment une aspiration des données des internautes, que «si on veut faire du renseignement sans internet, on passe à côté de l'essentiel».

«Il y a une double possibilité de victoire pour les terroristes quand ils commettent un attentat et qu'ils restreignent nos libertés. Je ne veux leur donner leur victoire sur aucun de ces plans», assène, en préambule, Bruno Le Roux. Le patron du groupe PS à l'Assemblée estime sur RTL que ce texte peut protéger les Français contre toutes les menaces sans restreindre leurs libertés : «Nous n'attentons en aucune manière les libertés des Français. Les voix qui s'élèvent pour protéger la liberté ont raison mais elles ne regardent pas la réalité. Je demande à chacun d'être ancré dans la réalité», notamment sur la force de frappe d'internet. «Il faut avoir l'esprit un peu tordu pour imaginer que ce gouvernement pourrait avoir autre chose en tête que protéger les Français après ce qui s'est passé en janvier», conclut-il.

VIDEO. «Nous n'attentons en aucune manière les libertés des Français»

A peine arrivée d'Irak, où elle a visité des camps ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le lundi 13 avr 2015 à 13:40

    Ils disent qu'ils n'attentent pas à la liberté des français, mais la liberté d'expression va en prendre un sacré coup, c'est déjà en cours.

  • charleco le lundi 13 avr 2015 à 13:38

    On va avoir la Stasi informatisée et tout le monde sera content.