Renseignement: les géants américains d'internet pourront publier plus de données

le
0
Renseignement: les géants américains d'internet pourront publier plus de données
Renseignement: les géants américains d'internet pourront publier plus de données

Le gouvernement américain a annoncé lundi qu'il permettrait aux géants d'internet de rendre publiques davantage d'informations concernant leurs clients surveillés par le renseignement américain.Le ministre de la Justice Eric Holder et le directeur de la sécurité nationale James Clapper ont précisé que ces grands groupes seraient autorisés à dévoiler "plus d'informations que jamais" sur leurs clients, notamment le nombre de comptes clients surveillés à la demande des agences de renseignement.Dans une lettre adressée aux responsables juridiques des géants Facebook, Google, LinkedIn, Microsoft et Yahoo!, M. Holder détaille "les moyens supplémentaires à la disposition de (leur) entreprise" pour informer et répondre aux demandes de leurs clients.En contrepartie, les groupes ont retiré la plainte qu'ils avaient déposée auprès du tribunal secret chargé d'ordonner les programmes de surveillance (FISC, Foreign Intelligence Surveillance Court)."Bien que ces métadonnées étaient justement classées secrètes jusqu'à aujourd'hui, le bureau du directeur du Renseignement national en consultation avec d'autres ministères et agences, a déterminé que l'intérêt du public de les voir publiées l'emportait désormais sur les préoccupations de sécurité nationale qui exigeaient cette classification", peut-on lire encore dans le communiqué."Conformément aux directives du président (Obama) dans son discours du 17 janvier", les nouvelles méthodes mises en place par le gouvernement permettent aux groupes américains d'internet de rendre publics le nombre de requêtes qu'ils ont reçues du renseignement national, le nombre d'ordres émanant du FISC et le nombre de comptes clients placés sous surveillance, précise le ministre de la Justice dans sa lettre aux géants d'internet. Ils auront la possibilité de donner ces informations par groupes de 1.000 ou de 250."Nous sommes satisfaits que le ministère de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant