Rénovation thermique : la nouvelle donne financière et écolo

le
3
Rénovation thermique : la nouvelle donne financière et écolo
Rénovation thermique : la nouvelle donne financière et écolo

EXCLUSIF. Chaud dans la chambre à coucher, chaud au porte-monnaie... Les logements passoires (mauvaise isolation, chauffage défectueux, etc.) ont des répercussions sur la santé physique et financière des Français. Pour les aider à limiter ces désagréments et booster un secteur potentiellement créateur de 70 000 emplois, le gouvernement devrait détailler mercredi une série de mesures dans le cadre de la rénovation thermique des bâtiments lors de la présentation officielle de la feuille de route du plan industriel. Voici les principales nouveautés.

Obligation de réaliser des travaux de rénovation thermique. Rehausser une maison, rénover la façade d'un immeuble... Tous les gros travaux impliquant la modification de l'enveloppe d'un immeuble -- ou d'une maison -- devront bientôt s'accompagner d'un minimum de réflexion énergétique. « Ce sera l'un des critères pris en compte pour obtenir les permis de construire. Ces futures obligations ne sont pas encore définies », explique-t-on au ministère du Redressement productif.

Cette nouvelle règle devrait être entérinée et précisée par la future loi sur la transition énergétique. Un texte prévu pour la fin 2014, voire l'année prochaine. « Cette nouvelle obligation pourrait donc entrer en vigueur d'ici à deux ans », estime-t-on dans l'entourage d'Arnaud Montebourg. Objectif : pousser les ménages à franchir le pas. « Il est moins onéreux pour les ménages de faire cet effort en même temps que d'autres travaux de rénovation plus classiques », justifie-t-on à Bercy.

Des aides réservées à certains artisans. L'Etat veut inciter les artisans (électriciens, chauffagistes, etc.) à se faire labelliser RGE (comme Reconnu garant de l'environnement). Un label que le professionnel obtient uniquement après avoir suivi quelques jours de formation aux techniques de constructions plus « vertes ». Objectif : mettre de l'ordre dans un secteur où les arnaques sont encore ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cresus57 le lundi 16 juin 2014 à 09:55

    les chiffres d'économie potentielle sont illusoires

  • faites_c le lundi 16 juin 2014 à 09:08

    Quand on voit le coût des travaux annoncés (63 000 €), ce n'est plus de la rénovation qu'il faut faire mais il vaut mieux raser l'immeuble et reconstruire du neuf cela coûtera moins cher!!! Maintenant quand on voit qu'il est annoncé un retour sur investissement entre 15 et 30 ans, je me pose des questions sur la santé mentale des gens qui encouragent ce type d'opérations!

  • sidelcr le lundi 16 juin 2014 à 09:02

    Cela se nomme jeter l'argent par les fenêtres . Dès qu'il y a des aides pour travaux , le tarif desdits travaux se trouve augmenté d'autant . Ces mesures ne servent surtout pas les particuliers ; alors qui ?.