Rennes veut enfin jouer le jeu

le
0
Rennes veut enfin jouer le jeu
Rennes veut enfin jouer le jeu

Ennuyant, décevant et même parfois désolant? Le jeu du Stade Rennais a soulevé bon nombre d'interrogations en 2012-13. Notamment lors d'une deuxième partie de saison catastrophique avec un seul succès lors des quatorze dernières journées. Et plus que le niveau déployé, ce sont les résultats du club breton qui ont été très en deçà des habitudes. Seulement treizième, la formation de Frédéric Antonetti a achevé la pire saison du club depuis dix ans. Le technicien en a d'ailleurs payé les pots cassés. Aujourd'hui, pour replacer Rennes dans la hiérarchie, Frédéric de Saint-Sernin a choisi un homme de plébiscite et qui jouit, en France comme à l'étranger, d'une grosse cote de popularité : Philippe Montanier. Réputé pour son amour du beau jeu, l'ancien entraîneur de la Real Sociedad et de Valenciennes a l'ambition de redonner de l'allant à un groupe usé par l'exercice précédent. Si le début de la préparation a été compliqué, avec notamment deux défaites contre Niort (1-0) et Angers (2-0), la machine commence à tourner depuis quelques semaines.

Le retour de Romain Alessandrini

Une première victoire sans surprise face à Luçon (2-1), club de National, mais surtout une plus probante contre le voisin lorientais (4-1), sont venues valider cette montée en puissance. « On doit encore beaucoup travailler car il faut que l'on élève notre niveau, relève tout de même le perfectionniste Philippe Montanier. Ce qui est positif, c'est que l'on a ciblé nos carences. On sait précisément ce que l'on doit améliorer et c'est ce que l'on va essayer de faire. » Dans l'animation offensive notamment où le retour de Romain Alessandrini est très attendu. Gravement blessé en février dernier, le milieu offensif rennais a été désigné comme « la première recrue » du club par son entraîneur. « C'est un joueur de talent, c'est normal que des clubs s'y intéressent, a expliqué le coach rennais. Mais il n'a fait que six mois en L1, il revient de blessure, Rennes est peut-être le meilleur endroit pour qu'il retrouve ses sensations et qu'il aille le plus haut possible. » Malgré l'intérêt persistant de l'OM, l'international français devrait donc rester en Bretagne et s'offrir enfin une saison pleine.

Sylvain Armand et Nelson Oliveira comme recrues majeures

Un secteur offensif que l'on a d'ailleurs senti à la peine face à Nantes (1-1) samedi dernier. Face au promu, les « Rouge et Noir » n'auront eu que très peu d'occasions de marquer. Et auront été sauvés par un but de Mevlut Erding en toute fin de rencontre. Mais avec les arrivées de joueurs confirmés comme Sylvain Armand et de joueurs en devenir à l'image du Portugais Nelson Oliveira, le groupe rennais dispose de nouvelles munitions à quelques jours de la reprise. « On commence à avoir des automatismes et des repères, même si on est encore en rodage, assure Vincent Pajot. On commence aussi à se lâcher, à comprendre ce que le coach attend de nous. » A savoir une grosse rigueur défensive et une organisation sans failles pour conserver la maîtrise du ballon et jouer vers l'avant. Tout le contraire du Rennes attentiste qui faisait somnoler la France entière et les fans de la Route de Lorient la saison dernière. Avec Montanier, on attend du spectacle et des résultats. C'est en tout cas le pari lancé par les dirigeants bretons.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant