Rennes renverse l'OM.

le
0
Rennes renverse l'OM.
Rennes renverse l'OM.

Mené à la mi-temps, Rennes a profité d'absence de marquages des Marseillais pour renverser la bande à Bielsa et arracher sa qualification dans les arrêts de jeu (2-1).

Rennes - OM
(2-1)

A. Konradsen (60'), P. Hosiner (93') pour Rennes , M. Batshuayi (19') pour Marseille.



La prolongation se présentait. Mais l'OM avait montré des failles sur les coups de pied arrêtés. Celui-ci n'a pas été bien tiré, mais pas bien relancé non plus. Hosiner s'est retrouvé seul au milieu de tous, il a dégainé son talon, trompé Samba et envoyé Rennes en huitièmes (2-1). Pour la deuxième fois de suite, la bande à Bielsa s'est inclinée à l'extérieur. Malgré des occasions nettes, presque toutes pour Michy Batshuayi, auteur de son premier but avec l'OM. Les Rennes-OM avaient déjà fait des étincelles par le passé (un 4-3 avec un quadruplé de Frei contre l'OM de Drogba il y a dix ans, un 4-4 plus récemment, quand Ben Arfa était encore un joueur de football), ce soir il y a encore eu du spectacle : des buts, des cartons rouges. Et une qualification à l'arrachée pour les Bretons.
Ce diable de Batshuayi
Le Loco faisant tourner pour la première fois de la saison, il y a enfin des recrues marseillaises au coup d'envoi : Alessandrini sur l'aile droite, Barrada à l'animation, Batshuayi en pointe. En moins de deux minutes, l'espoir belge, joliment servi par Mendy, est à deux doigts de Costil d'ouvrir le score de la caboche. Côté rennais, Montanier aussi repose des cadres : Ntep, Danzé et Gelson Fernandes posent leur arrière-train sur le banc. Même avec ses jokers, l'OM répète ses gammes : pressing haut, possession, récupération éclair. C'est comme ça que Dja Djédjé bondit sur une tentative de relance bretonne, avant de servir parfaitement « Michy », pour son premier pion en match officiel sous ses nouvelles couleurs (19è). Rennes est un peu sonné mais a suffisamment de talent pour réagir : Pedro Henrique envoie un missile que le sosie de Mandanda claque en corner, Habibou s'ose au retourné acrobatique, ça cafouille dans la surface de Samba. Ca ne plaît guère à Bielsa, qui gueule sur sa glacière. Michy, lui, confirme qu'il vaut mieux qu'un vulgaire joueur de Coupe...









Rennes - OM
(2-1)

A. Konradsen (60'), P. Hosiner (93') pour Rennes , M. Batshuayi (19') pour Marseille.



La prolongation se présentait. Mais l'OM avait montré des failles sur les coups de pied arrêtés. Celui-ci n'a pas été bien tiré, mais pas bien relancé non plus. Hosiner s'est retrouvé seul au milieu de tous, il a dégainé son talon, trompé Samba et envoyé Rennes en huitièmes (2-1). Pour la deuxième fois de suite, la bande à Bielsa s'est inclinée à l'extérieur. Malgré des occasions nettes, presque toutes pour Michy Batshuayi, auteur de son premier but avec l'OM. Les Rennes-OM avaient déjà fait des étincelles par le passé (un 4-3 avec un quadruplé de Frei contre l'OM de Drogba il y a dix ans, un 4-4 plus récemment, quand Ben Arfa était encore un joueur de football), ce soir il y a encore eu du spectacle : des buts, des cartons rouges. Et une qualification à l'arrachée pour les Bretons.
Ce diable de Batshuayi
Le Loco faisant tourner pour la première fois de la saison, il y a enfin des recrues marseillaises au coup d'envoi : Alessandrini sur l'aile droite, Barrada à l'animation, Batshuayi en pointe. En moins de deux minutes, l'espoir belge, joliment servi par Mendy, est à deux doigts de Costil d'ouvrir le score de la caboche. Côté rennais, Montanier aussi repose des cadres : Ntep, Danzé et Gelson Fernandes posent leur arrière-train sur le banc. Même avec ses jokers, l'OM répète ses gammes : pressing haut, possession, récupération éclair. C'est comme ça que Dja Djédjé bondit sur une tentative de relance bretonne, avant de servir parfaitement « Michy », pour son premier pion en match officiel sous ses nouvelles couleurs (19è). Rennes est un peu sonné mais a suffisamment de talent pour réagir : Pedro Henrique envoie un missile que le sosie de Mandanda claque en corner, Habibou s'ose au retourné acrobatique, ça cafouille dans la surface de Samba. Ca ne plaît guère à Bielsa, qui gueule sur sa glacière. Michy, lui, confirme qu'il vaut mieux qu'un vulgaire joueur de Coupe...








...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant