Rennes : nouveaux incidents vendredi, manif interdite ce samedi

le , mis à jour le
41

De nouveaux incidents entre plusieurs centaines de jeunes et les forces de l'ordre qui ont tiré des gaz lacrymogènes ont eu lieu vers 21h30 vendredi à Rennes (Ille-et-Vilaine) à proximité d'une salle municipale, rebaptisée «Maison du peuple» par les opposants à la loi Travail, évacuée vendredi matin et qu'ils espèrent reconquérir après douze jours d'occupation, alors que la manifestation prévue samedi a été interdite.

Les occupants, évacués à l'aube à l'aide d'une grande échelle de pompiers par les gendarmes mobiles, avaient appelé à un nouveau rassemblement vers 20 heures, sur la place Sainte-Anne dans le centre historique de Rennes. Dans un premier temps, un face à face calme a débuté entre quelque 200 jeunes et des forces de l'ordre qui les empêchaient de réinvestir les lieux dont ils ont été délogés.Les forces de l'ordre présentes ont alors répliqué avec des tirs de gaz lacrymogène, vidant les terrasses des cafés des nombreux badauds qui y étaient installés pour la soirée.

#Rennes Place SteAnne, les manifestants s'en prennent aux façades des banques sous les tirs de gaz lacrymo pic.twitter.com/nRJzHyc1K4— Ouest-France 35 (@ouestfrance35) 13 mai 2016

Puis, vers 21h30, alors que le nombre des protestataires, dont nombreux étaient cagoulés, avait beaucoup grossi, certains ont commencé à s'en prendre à des caméras de surveillance ou aux palissades du chantier du métro situé sur la place Sainte-Anne.

Les casseurs s'en sont pris au «commissariat de la rue de Penhoët. Ils ont notamment brisé les vitres», selon «Ouest-France» .

L'entrée d'un commissariat de # police saccagée a #rennes par les casseurs #news pic.twitter.com/78W3D835Rn— Nicolas Bauby (@RTLouest_bauby) 13 mai 2016

#Rennes ambiance très tendue dans le centre ville pic.twitter.com/sKXBJr1BS4— Ouest-France 35 (@ouestfrance35) 13 mai 2016

Une manifestation interdite ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cyti8 il y a 7 mois

    Tous ces manifestants, pour la plupart, ne sont pas contre la loi Travail. Ils sont tout simplement contre le travail lui-même. Socialos, et autres de gauche, qui n'avez pas arrêter de dénigrer la valeur TRABVAI, vous récoltez ce que vous avez semé. Je remarque une grande pauvreté intellectuelle en matière économique.

  • g.joly1 il y a 7 mois

    Je ne censure jamais rien comme vous le savez. Pourquoi s'abaisser à censurer ce qui est sans importance.

  • Alananas il y a 7 mois

    G.joly censure mes posts. Lui rappeler qu' il ne fait que du copier-coller ne lui plait pas

  • g.joly1 il y a 7 mois

    A Paris le service d'ordre de la CGT qui a tenté de neutraliser les caseurs en a été la pricipale victime : 14 blessés.

  • Alananas il y a 7 mois

    G.joly toujours aussi limité dans ses posts, du copier-coller.

  • g.joly1 il y a 7 mois

    Sans le service d'ordre de la CGT les dégats auraient été bien plus considérables et les policiers auraient eu de nombreux blessés. Le service d''ordre a payé cher son courage et son dévouement et on peut lui dire merci alors même que ces provocations de ces quelques dizaines de casseurs ont servi de prétexte à la police pour, sur ordre, gazer et casser la manifestation pacifique.

  • g.joly1 il y a 7 mois

    suite : alors même que les provocations de ces quelsques dizaines de casseurs ont servi de prétexte à la police pour gazer et casser la manifestation pacifique.

  • g.joly1 il y a 7 mois

    Sans le service d'ordre de la CGT les dégats auraient été bien plus considérables et les policiers auraient eu de nombreux blessés. Le service d''ordre a payé cher son courage et son dévouement et on peut lui dire merci.

  • cmoineau il y a 7 mois

    simple, si l'on en finir. Mettre un produit indélébile dans l'eau des camions lanceur d'eau et à près la police fera le reste

  • sense78 il y a 7 mois

    Faire passer la CGT pour une victime de la chienlit actuelle, du désordre permanent, des dégradations, de la galère pour les banlieusards dépasse l'entendement. Ce syndicat stalinien qui ne représente que lui-même devrait être empêché de nuire.