Rennes, le déplacement de tous les dangers pour Manuel Valls

le
0
Manuel Valls et la maire de Rennes Nathalie Appéré en 2014.
Manuel Valls et la maire de Rennes Nathalie Appéré en 2014.

« Ça va être une émeute... » Voilà une visite de campagne qui ne plaît guère à ce responsable du Parti socialiste d'Ille-et-Vilaine. Lundi 16 janvier, le candidat à la primaire de la gauche Manuel Valls doit tenir un meeting dans le centre-ville de Rennes. Huit mois après les heurts en marge des manifestations contre la loi travail, qui ont particulièrement marqué la ville, d'éventuels troubles à l'occasion de la visite de l'ancien Premier ministre inquiètent dans les rangs des socialistes locaux. Même le renseignement territorial voit cela d'un mauvais ?il...

Lire également : Coignard - Présidentielle : rien ne se passe comme prévu

Bastion de la gauche depuis plus de quarante ans, Rennes n'en est pas pour autant acquise aux socialistes. Encore moins à un Premier ministre sortant désormais candidat à la présidentielle. Les esprits de la capitale bretonne sont encore marqués par les violents affrontements en marge des manifestations contre la loi travail de mai 2016, quand Manuel Valls était à Matignon. À l'époque, les images du centre-ville rennais saccagé abondent, sans compter les scènes de « guérilla urbaine » ? selon les mots de la préfecture ? entre casseurs et forces de l'ordre.

« Tout ça pour cette kermesse de primaire »

Certains voient en ce déplacement une véritable provocation. À commencer par...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant