Rennes gagne la Bretagne

le
0
Rennes gagne la Bretagne
Rennes gagne la Bretagne

Dans un derby breton qui ne s'est emballé que dans le dernier quart d'heure, Rennes a arraché la victoire en toute fin de match, grâce au jeune Diakhaby et à sa supériorité numérique. N'empêche que la région a longtemps manqué de talent.

Stade rennais 1-0 En Avant de Guingamp

But : Diakhaby

Il aura fallu l'apparition d'un jeune de vingt ans pour enfin débloquer ce compteur. Alors que la rencontre n'avait vu pratiquement aucune occasion pendant 75 minutes, que Grosicki avait raté un penalty et que toutes les tentatives du dernier quart d'heure ne trouvaient pas le chemin des filets, Adama Diakhaby est entré sur la pelouse. Sans franc succès, s'apprêtait-on à dire alors que la partie s'achevait. Sur un centre, le gamin a finalement réalisé le geste juste. Il a placé son pied convenablement, comme pour montrer que ce n'était pas si difficile, et envoyé le cuir dans les cages guingampaises.

Pourtant, ce derby n'avait jusque-là pas franchement tenu ses promesses. Une bonne bonne ambiance, oui. Un bon esprit, idem. Mais pendant 75 minutes, il a manqué peut-être le plus important pour celui qui est devant sa télé : de véritables actions. Et des buts, quoi. Pas vraiment ennuyeux, mais pas vraiment emballant non plus, la partie a proposé du rythme, mais a manqué de talent. Et les gardiens se sont longtemps retrouvés au chômage technique. Heureusement pour le Roazhon Park, Diakhaby est arrivé. Et a donné les trois points à son équipe, en infligeant une défaite à un adversaire qui a terminé à dix et qui ne méritait pas de perdre.

Loin du Kig-Ha-Farz


Dans chaque camp, deux éléments semblent pourtant pouvoir enflammer ce derby : Briand et Salibur côté guingampais, Ntep et Grosicki côté rennais. Ntep, bien en jambes sur son côté gauche chéri, manque toutefois de précision à la finition. Bon, il faut avouer qu'en dépit d'une certaine intensité, ce choc breton ressemble davantage à une galette saucisse sans saveur achetée en banlieue parisienne à la sortie d'une boîte qu'à une bonne andouillette de Guémené servi lors d'un repas de famille entamé à 15 heures.

Reste que la partie est un peu à l'image d'un paté Henaff : si on a rien d'autres à se mettre sous la dent, on s'en contente. Heureusement, le public du Roazhon Park, sans chien et pas franchement coincé dans une boîte de sardines, s'occupe de mettre une ambiance bon enfant. Aussi délicieux qu'une Roulade Sévigné, les gestes du cuistot Ntep…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant