Rennes et Saint-Etienne s'annulent

le
0
Rennes et Saint-Etienne s'annulent
Rennes et Saint-Etienne s'annulent

Sans une esquisse de jeu, la purge entre Saint-Etienne et Rennes a logiquement accouché d'un 0-0. Une occasion de remonter sur le podium manquée par les Verts, qui ne méritaient de toute façon pas mieux que ce point arraché sans lutte.


Rennes - ASSE
(-1--1)



L'écoute d'un disque d'Elie Semoun. Un resto avec un ouzbek muet. Une exposition d'art moderne avec une star de téléréalité. Non, même cumulées, ces tortures ne sauraient atteindre l'ennui provoqué par la rencontre entre Rennes et Saint-Etienne. A l'heure de la sieste dominicale, Bretons et Verts se sont chargés de ne pas troubler le quiétude de ce sommeil profond. Brouillon, sans vie, le match, à défaut de "puer" le football, a clairement eu des relents de formol. Pas l'once d'une occasion, pas le début d'une excitation : si la vie est souvent dure, l'opposition s'est voulue insoutenable pendant 90 minutes d'un spectacle, ou plutôt d'une parodie, qui aurait pu trouver sa place à 13h sur le service public pour des grabataires dont il ne faut pas heurter le cœur. Dommage pour Sainté, qui en donnant un peu plus le sien, aurait eu l'occasion de remonter sur le podium à la faveur de Paris.
Le manque de Paul Georges
Côté rennais, la faiblesse offensive est de toute façon prévue en l'absence de Paul Georges Ntep. Toïvonen en pointe avec Brüls et Pedro Henrique en soutien ne rassurent guère quand au futures réalisations bretonnes. A Sainté en revanche, l'espoir se fait plus nourri. Van Wolfswinkel sur le banc, Galtier aligne un trio Erding-Monnet-Paquet-Mollo dont la vitesse d'exécution est espérée. Surtout, un certain Romain Hamouma, décisif sur les dernières rencontres avec 2 buts et 2 offrandes, fait figure de MVP du milieu de terrain. Mais puisque la réalité égale rarement les attentes, la purge débute. Après un raté de Toïvonen sur un cafouillage dans la surface stéphanoise, les débats s'équilibrent, entre fautes de mauvais gout, passes ratées, et surtout, un festival de hors-jeu qui témoigne du contresens pris par les deux équipes. Pour faire honneur à son statut sans en faire trop, Sainté garde le contrôle du ballon et centre, beaucoup, dans le vent, souvent. Un rythme peu soutenu, qui permet à Sylvain Armand de prouver que la science du placement est une technique efficace face au néant de créativité. Deux rushs de Doucouré "pour...








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant