Rennes et Monaco se neutralisent

le
0
Rennes et Monaco se neutralisent
Rennes et Monaco se neutralisent

Rapidement devant au score, les Monégasques ont complètement déjoué jusqu'à être logiquement puni par des Rennais qui peuvent regretter leur mauvaise première mi temps. Un nul qui n'arrange personne.

Rennes 1-1 Monaco

Buts : Sio (80e) pour Rennes / Helder Costa (14e) pour Monaco

"Maintenant ou jamais." Et bien ce sera pile au milieu pour les Rennais, qui n'ont pu faire mieux qu'un triste match nul face à un très faible Monaco. Ni maintenant, ni jamais, donc, mais sans doute pas tout de suite. Si les Bretons sont passés maîtres dans l'art d'arracher des matchs nuls, il leur aura manqué une nouvelle fois ce petit plus qui aurait pu leur rapporter trois points. Maintenant, c'est aux joueurs de trouver leur dernier souffle sur les trois derniers matchs de la saison, sous peine de faire une nouvelle fois chou blanc. Maintenant, c'est à eux de conserver le bon fond de jeu de leur deuxième mi temps, sous peine de ne jamais jouer l'Europe. Maintenant ou jamais, c'est à eux de prendre leurs responsabilités. Surtout à Joris Gnagnon. Un nom pareil implique forcément de grandes responsabilités.

Maintenant ?


Le Roazhon Park chante, vibre et frisonne. Pas seulement parce que Frédéric Piquionne vient donner le coup d'envoi fictif, mais aussi parce que la réception de Monaco a tout de la dernière chance pour les Rennais qui n'ont pas abandonné leur rêve européen. Les hommes de Jardim sont pourtant plus prompts à se porter à l'attaque. Les Bretons leur répondent rapidement et sans concession. Les points sont sur les i : il n'y aura pas de round d'observation. Il faut d'ailleurs moins d'un quart d'heure et une longue touche pour que les Monégasques ouvrent le score (14'). Hélder Costa peut remercier la défense rennaise, qui prend grand soin de le laisser seul au milieu de la surface de réparation. Les hommes de Courbis paniquent et n'arrivent plus à enchaîner deux passes, laissant à Monaco le bonheur de gérer sa rencontre tranquillement.

Mais petit à petit, les oiseaux bretons font leur nid. La balle est monopolisée par Sio, Danzé et Diagne, qui ne parviennent toutefois pas à briser les lignes. Ni les reins des défenseurs. En revanche, la pommette de Ricardo Carvalho est elle bien brisée. Le pauvre sort du terrain avec un œuf d'autruche sous l'oeil droit. En même temps, un seul œil suffit pour observer les innombrables mauvais choix de Grosicki. Plus les minutes passent, plus les premières…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant