Rennes ennuie, mais bat Metz

le
0
Rennes ennuie, mais bat Metz
Rennes ennuie, mais bat Metz

Un petit match, une seule petite action, un seul petit but. Mais au bout du compte, ça fait une victoire pour Rennes, qui a vaincu Metz sans flamber.

Stade rennais FC 1-0 FC Metz

Buts : Saïd (56') pour Rennes // pour Metz

Paul-Georges Ntep n'est peut être plus aussi saignant que quand il jouait avec les Bleus, mais même après les fractures, il est persuadé d'avoir plus de jambes que Renaud Cohade. Alors il tente de passer façon Copacabana : un petit extérieur du pied, avant un grand coup de rein pour repiquer vers l'intérieur et mystifier le solide milieu du FC Metz. Sans se poser de question, Cohade stoppe l'action en fauchant Ntep. Deux minutes plus tard, il réserve le même sort à Sio, récoltant son carton jaune en seulement dix minutes de jeu. C'est peu de le dire, le début de la partie a été musclé, avant que l'intensité ne finisse par retomber en milieu de première mi-temps. Pour laisser place au beau jeu ? Même pas. Pas d'occasion franche pour rythmer la partie, juste quelques positions menaçantes et centres à peine agressifs pour uniques escarmouches. Le premier vrai coup de pétard du match a d'ailleurs conduit au but, merci Wesley Saïd, avant que le match ne retombe dans le même marasme. Mais bon, trois points, ce sont toujours trois points. Surtout quand ils permettent à Rennes de remonter à la quatrième place du classement, juste derrière le voisin guingampais.

Du bruit pour pas grand chose


" Tuuuuuuut ! " Pour la trentième fois en dix minutes, le bruit du sifflet de Saïd Ennjimi retentit dans le Rohazon Park. Une faute grossière par ci, un petit taquet par là, un carton, un corner, une touche... Les Rennais font le jeu, squattent dans le camp messin, et provoquent un maximum de situation. Et pourtant, lorsque Danzé se vautre en pleine surface après un contact avec Mandjeck, l'homme à l'uniforme La Poste ne bronche pas. On ne la fait pas à Ennjimi, concentré d'entrée de jeu dans ce match, et heureusement. Car il fallait de la poigne pour tenir ces 22 hommes en colère dès les début du spectacle.

Et si les grigris de Ntep en première mi-temps ont titillé les gars de Metz, qui ont enchainé les fautes sur le numéro 7 rennais, les Grenats ont eux aussi montré sur quelques actions qu'ils aimaient faire danser le ballon. La roulette de Nguette entre deux Rennais n'était pas là que pour régaler les ralentis, et…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant