Rennes émerge d'un ennui corsé

le
0
Rennes émerge d'un ennui corsé
Rennes émerge d'un ennui corsé

À l'issue d'un match verrouillé, pour ne pas dire infâme, Rennes s'est extirpé de sa visite corse en l'emportant sur la plus petite des marges. Parfait pour préparer la nuit de sommeil.

SC Bastia - Stade rennais

Buts : Doucouré (58e) pour Rennes

La Coupe de la Ligue est de retour ! Sortez les fumis, faîtes refroidir les binouzes, le France est repartie pour une grosse séance d'éclate en milieu de semaine ! Toute belle, toute fraiche, la Coupe à moustache a même réservé une affiche de rêve pour son retour sur les écrans. Bastia-Rennes, soit un club qui n'a gagné qu'une de ses huit dernières rencontres en championnat contre une équipe qui vient d'enchaîner six matchs sans victoire dont cinq nuls. Oui, la soirée s'annonçait aussi splendide qu'une plage de nudistes du Cap d'Agde en plein mois d'août. Malheureusement, et à la surprise générale, la rencontre a accouché d'une purge sans nom, dont Abdoulaye Doucouré nous aura évité une prolongation en inscrivant le seul but de la rencontre.

Perdez !


Visionnaire, le public corse a toutefois senti l'entourloupe avant le coup d'envoi. Deux banderoles déployées, dont un magnifique "Déconnez pas ! La CDL ça coute chère : perdez !". Un conseil pas vilain que Bastia se met en tête de respecter dès l'entame. Sur le premier débordement rennais, la défense insulaire passe complètement au travers et laisse Doucouré, seul au second poteau, s'offrir une énorme occasion. La frappe du milieu breton est cadrée, mais Hansen n'a qu'à fermer les jambes pour s'en sortir. La suite ? Un vide intersidéral auquel une congrégation de blondes de téléréalité n'aurait rien à envier. Rennes contrôle le milieu, tente de passer par les ailes, mais n'arrive pas à décocher un centre convenable. Peybernes et Marange ferment bien leur couloir, tandis que Palmieri donne de son corps de bouledogue pour empêcher les offensives de progresser. Mais Bastia a de la ressource La possession se rééquilibre, les ouvertures trop longues ou interceptées s'enchaînent et les Corses peuvent à nouveau y croire, tout comme le spectateur, ébloui. Le rêve n'est qu'à portée de main.

Frisson garanti


Animés de cette même envie de proposer du spectacle, les deux équipes reviennent sur la pelouse avec des intentions plus louables. Les défenses d'effritent, les transmissions sont plus rapides, les mouvements plus fluides. Grosicki, Doucouré et André s'activent tandis qu'en…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant