Rennes craque à tous les étages

le
0

De la défense à Ousmane Dembélé en passant par Rolland Courbis, le Stade Rennais souffre dans trop de secteurs actuellement pour se mêler à la lutte pour l’Europe. Et comme souvent, la situation pourrait aboutir à un grand gâchis.

Rennes est décidément incorrigible. Les Bretons ont pris la fâcheuse habitude de craquer dans le sprint final ces dernières années et la saison en cours ne semble pas échapper à la règle. Quatrième au soir de sa victoire face à Reims début avril (3-1), le club du président René Ruello a dégringolé à la septième place. Rien de plus normal après deux défaites sèches, à Nice (3-0) puis contre Guingamp (0-3). Installé dans le Top 5 pendant deux mois avant sa panne du moment, il n’a désormais plus le droit à l’erreur pour décrocher une place européenne en fin de saison. Et ce dès la réception de Monaco dimanche (21h00). « « Savoir quel va être notre niveau et celui de l’AS Monaco, je ne parviens pas à le prévoir. Dans tous les cas, nous n’avons plus le choix. (...) Nous avons déjà grillé nos deux jokers, il nous faut deux nuls et deux victoires avec un calendrier difficile, a souligné Rolland Courbis en conférence de presse jeudi. Mais je l’ai dit et je le répète, tant qu’il y a une chance, nous devons la jouer à fond et ne pas se décourager une seconde, même si la période actuelle est difficile pour tout le monde. » La preuve par quatre.

Une défense aux abois

C’est le point noir de Rennes cette saison. Si les Bretons facturent la deuxième meilleure attaque de L1 (cinquante buts), ils sont treizièmes au classement des défenses, avec quarante-cinq buts encaissés en trente-quatre journées. Des statistiques indignes d’un candidat à un strapontin européen et plombées par deux prestations catastrophiques de rang. « Nous avons pris deux bosses coup sur coup, a soufflé Courbis. Une bosse sur la tête, ça fait mal et face à Guingamp, ce n’est pas une bosse sur la tête mais une bosse sur la bosse. » « Il y a forcément des buts évitables, a reconnu Benoît Costil, en première ligne en tant que gardien, sur le site officiel du club dans la semaine. Il y a des erreurs individuelles, des fautes de gardien, de défense, la réussite adverse… Il faut de tout pour faire des buts. L’erreur fait partie du jeu. Il n’y a que ceux qui n’ont jamais mis les pieds sur un terrain de foot qui ne peuvent pas comprendre les erreurs. » Entre les comprendre et les pardonner, il y a un pas que les supporters rennais ne franchiront qu’en cas de bonne surprise à l’issue de la saison.

Une pépite dans le dur

Il a suffi qu’Ousmane Dembélé reste muet sur les deux derniers matchs pour que la sonnette d’alarme soit tirée. C’est dire le nouveau statut qu’a acquis le natif de Vernon, qui avait compilé sept buts et trois passes décisives sur ses cinq matchs de L1 précédant sa disette actuelle. « Il est logiquement perturbé par tout ce qui se raconte autour de lui, a regretté Courbis, en référence notamment à l’annonce par les médias allemands d’un accord avec le Borussia Dortmund en vue de la saison prochaine. Depuis trois ou quatre semaines, ça fait beaucoup pour un jeune homme de 18 ans. Nous faisons tout pour l’aider, je reste persuadé qu’il a toutes les qualités pour être performant et retrouver son niveau qu’il a plus ou moins perdu depuis deux matchs. Mais le contraire m’aurait étonné. » Privé de la réussite de celui qui concrétisait le travail du collectif avec talent au carrefour de l’hiver et du printemps, sans jamais enchaîner quatre rencontres sans marquer en 2016, Rennes est rentré dans le rang avec son joueur. Le réveil de l’équipe passera par Dembélé, et inversement.

 Un groupe à bout de souffle

Grisé par la folle série de Rennes entre fin février et début avril (treize points pris sur quinze possibles), Courbis a maintenu sa confiance au même onze, ou presque, pendant toute cette période. Il se limitait à un changement maximum entre chaque match, la faute en partie à une infirmerie un temps bien remplie (Yoann Gourcuff est indisponible ce week-end). Mais aussi à un manque de solutions à certains postes, comme au milieu de terrain, où la paire Gelson Fernandes - Benjamin André tire franchement la langue après avoir enchaîné sans souffler. « Dans chaque saison, il y a une baisse de régime, a estimé Ludovic Baal en conférence de presse. Ce n’était pas le bon moment. Il faut relever la tête rapidement. Le groupe n’était pas bien, mais il faut réagir maintenant. » « Il ne faut pas être négatif et se morfondre, a abondé Costil. Il y a encore une coupe d’Europe à aller chercher. Ne plus y croire est une grave erreur. » Avec la réception de Monaco et un déplacement à Paris à venir, Rennes sera vite fixé sur ses ambitions.

 Un entraîneur dans le flou

Rennes navigue à vue et ça ne date pas de cette saison. Sans stratégie à long terme établie, le club n’a toujours pas clarifié l’avenir de Courbis sur le banc. Sous contrat pour encore deux ans, l’ancien entraîneur de Montpellier pourrait être poussé vers la sortie pour faire place libre à Christian Gourcuff et s’en aller avec un gros chèque, de l’ordre de deux millions d’euros. Si les dirigeants souhaitent surtout sauter sur une occasion qu’il n’imaginait pas se présenter, l’ex-coach de Lorient ayant démissionné de son poste de sélectionneur de l’Algérie au début du mois, les spéculations fragilisent la position de l’homme en place. Sa présence au Roazhon Park le week-end dernier n’a rien arrangé à l’affaire, Courbis adoubant quasiment son probable successeur ensuite. « Christian Gourcuff a toute ma sympathie, que je puisse faire le maximum pendant quatre matchs pour lui laisser un groupe un peu moins compliqué que celui que j’ai trouvé en arrivant, c’est mon travail, avait-il expliqué après la rencontre. Que je puisse me servir de sa présence comme excuse pour expliquer la défaite, je me décevrais personnellement. (...) Si c’est lui qui me remplace, je lui souhaiterai bonne chance. Ce qui me déçoit, c’est ce que je vois aux entraînements, pas la présence de Gourcuff. » Une ombre néanmoins pesante. Trop ? La fin de la saison le dira.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant