Renforts policiers au Louvre contre les vols à la tire

le
4
LA POLICE AU LOUVRE POUR LUTTER CONTRE LES PICKPOCKETS
LA POLICE AU LOUVRE POUR LUTTER CONTRE LES PICKPOCKETS

PARIS (Reuters) - Le Musée du Louvre a rouvert ses portes jeudi matin avec une présence policière renforcée au lendemain d'une fermeture d'un jour provoquée par les agents du musée pour protester contre une recrudescence des vols à la tire.

Une vingtaine de policiers ont été déployés à l'intérieur et à l'extérieur du plus grand musée du monde, a indiqué la direction, qui avait déjà porté plainte en 2012.

Onze personnes ont été interpellées mercredi sur le site du musée pour "escroquerie à la charité publique et une pour "vente à la sauvette", selon la préfecture de police de Paris. Depuis le 1er janvier, la brigade anticriminalité du 1er arrondissement a procédé à 150 interpellations en flagrant délit.

"Nous avons observé une recrudescence des vols à la tire au sein des espaces du musée, c'est totalement contradictoire avec ce qu'est un musée, un lieu de sérénité, de plaisir", a déclaré à la presse Hervé Barbaret, administrateur général du musée.

Les policiers supplémentaires, qui seront associés à de nouvelles caméras de vidéosurveillance, resteront probablement sur place pendant plusieurs mois, "jusqu'à ce que la question de la sécurisation du site soit réglée".

Mercredi, 200 des 300 agents d'accueil et de surveillance ont exercé leur droit de retrait pour protester contre les vols et agressions croissantes dont ils se disent victimes.

"Quand les visiteurs ont été volés, ils se dirigent vers nous et on se retrouve face à des personnes qui sont en grande détresse parce quand on arrive de l'étranger, qu'on se retrouve sans papiers, sans passeport, sans argent, c'est un petit peu la catastrophe", a dit Elise Muller, du syndicat Sud Culture au Louvre.

"On a aussi des réactions d'extrême colère et qui peuvent dégénérer", a-t-elle ajouté, expliquant que certains touristes exigent des agents qu'ils leur remboursent les sommes volées.

DÉMUNIS

Face à cette tension, les agents de surveillance et d'accueil se sentent démunis, dit Elise Muller qui fait état de "crachats, d'insultes racistes, de menace verbales et d'intimidation physique".

Pour la déléguée syndicale, le renfort policier est insuffisant à l'heure où le taux de fréquentation du musée est en constante progression.

"Le problème est bien plus vaste qu'uniquement une question de maintien de l'ordre", souligne-t-elle. "Le Musée du Louvre a une fréquentation qui a augmenté de 50% sur la dernière décennie et dans le même temps les effectifs ont baissé. Plus on a de gens moins on a de salariés", a-t-elle indiqué.

Le château de Versailles, le musée d'Orsay et le Centre Pompidou seraient également confrontés à une recrudescence des vols, une situation qui pour l'heure semble n'avoir pas d'effet dissuasif pour les touristes.

"Il suffit de faire attention et de rester sur ses gardes", estime Mme Gaudiano, une Américaine rencontrée avec son mari devant le Musée du Louvre.

Pour André, guide touristique, les ressortissants asiatiques sont les principales cibles des pickpockets car ils portent beaucoup d'argent en liquide sur eux.

"Les Asiatiques n'ont pas l'habitude de ce genre de violences, ils ne savent pas comment réagir", souligne-t-il. Chaque jour, il recommande à ses groupes de touristes de "mettre la porte monnaie près de leur coeur et de faire attention".

L'Association du tourisme de Chine a exprimé fin mars son inquiétude après l'agression d'un groupe de Chinois au Bourget, au nord de Paris, qui s'était vu voler leurs passeports et de l'argent. La ministre du Tourisme Sylvia Pinel a depuis promis que la France allait veiller à la sécurité des touristes étrangers présents en France.

Pauline Mével, avec Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pierry5 le jeudi 11 avr 2013 à 18:56

    S'il faut aller visiter des musées entre des cordons de flics, je préfère rester à la maison avec un bon livre " traitant de musées " pourquoi pas.

  • M4767791 le jeudi 11 avr 2013 à 15:53

    Si très rapidement on ne prend pas en compte la sécurité dans notre pays nous sommes complètement fichus ! Je mexplique. Nous navons quasiment plus dindustrie, cest le tourisme qui nous sauve. Si les touristes se font dépouillés (contre leur gré et agressés) ce qui est de plus en plus le cas, ça va finir par se savoir et le tourisme risque den pâtir ......

  • bernm le jeudi 11 avr 2013 à 14:13

    Le probleme n'est pas de les arreter, c'est de ne pas les liberer tout de suite apres....

  • docteur7 le jeudi 11 avr 2013 à 14:01

    Quand on en chope un, on coupe une main. s'il recommence, une autre main ... et hop, pas de doigts, pas de chocolat !