Renforts policiers à Marseille et Lille : guerre des chiffres entre Gaudin et Aubry

le
3
Renforts policiers à Marseille et Lille : guerre des chiffres entre Gaudin et Aubry
Renforts policiers à Marseille et Lille : guerre des chiffres entre Gaudin et Aubry

Rien ne va plus entre le maire UMP de Marseille (Bouches-du-Rhône), Jean-Claude Gaudin, et la maire socialiste de Lille (Nord), Martine Aubry. Le premier a accueilli avec colère l'annonce mercredi de l'arrivée de 197 policiers supplémentaires à Lille, estimant que le gouvernement «méprisait» sa ville. La réplique de la seconde n'a pas tardé. «Monsieur Gaudin, avec ses déclarations concernant le renfort de policiers de la métropole lilloise, se livre à une polémique politicienne, alors que l'on parle d'un sujet sérieux: la sécurité», écrit la maire de Lille dans un communiqué. «Les élections municipales qui approchent ne justifient en rien des propos politiciens qui n'honorent pas ceux qui les tiennent», considère-t-elle.

«Une fois de plus, le gouvernement socialiste méprise les Marseillais !», avait lancé mercredi Jean-Claude Gaudin, réagissant à l'annonce par Martine Aubry de l'arrivée de 197 policiers supplémentaires dans sa ville «sous-dotée depuis 10 ans». «Ce n'est pas parce qu'on n'est pas Marseille et qu'on n'a pas un mort par jour (...) qu'il ne faut pas se rendre compte que notre métropole est la moins bien dotée et de loin», avait affirmé Martine Aubry mercredi lors d'une conférence de presse.

Les renforts à Marseille inférieurs à ceux de Lille selon Gaudin

Pour Jean-Claude Gaudin, Marseille doit composer avec des renforts «au compte-gouttes». «Malgré les promesses du ministre de l'Intérieur» d'envoyer 230 policiers supplémentaires, «les renforts annoncés pour Marseille sont très inférieurs à ceux de Lille», a jugé le sénateur-maire marseillais, ajoutant ne pouvoir «accepter cette décision partisane».

«Marseille a été la première ville à recevoir des renforts de 230 effectifs de police», afin de «compenser les chutes drastiques du précédent gouvernement», indiquait mercredi soir l'entourage du ministre de l'Intérieur, évoquant un «climat de pré-campagne municipale» ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppetitj le jeudi 5 sept 2013 à 13:53

    Les élections approche alors elle bouge son gros c.ul...mais après tranquille jusqu'au prochain vote.

  • M2280901 le jeudi 5 sept 2013 à 12:33

    elle est sortie de cure ?

  • mlaure13 le jeudi 5 sept 2013 à 12:29

    Le sureffectif fonctionnerait-il mieux dans les urbanisations PS ?... la réponse parait évidente...BRAVO Martine, le lobbys a bien fonctionné...il te devait peut-être bien ça ?...Vive la France et tous ses enc-fumés !...