"Renforcer l'émotionnel par du rationnel"

le
0

« Effets collectifs induits par la lumière dans des nano-nuages denses d'atomes froids. »

Impénétrable pour le commun des mortels, l'intitulé de la thèse de Joseph Pellegrino a de quoi impressionner. Pourtant, au départ, la formule n'a pas fait recette auprès de potentiels recruteurs. À peine trois entretiens décrochés sur la quarantaine de CV envoyés en 2014 par le frais émoulu docteur en physique quantique, également diplômé de l'institut d'Optique. « La dernière entrevue a été particulièrement ratée, se souvient-il. Mon interlocuteur n'avait aucune idée de la valeur ajoutée que représentait ma thèse par rapport à mon titre d'ingénieur ni de la façon d'exploiter mes compétences. »

Il faut dire que le jeune chercheur a osé prendre un sentier de traverse : plutôt que de candidater pour un post-doctorat dans un organisme public, Joseph Pellegrino s'est tourné vers le secteur privé. « Si j'avais jusque-là bénéficié de conditions de travail extraordinaires, les perspectives que m'offrait la recherche publique, qui suppose d'obtenir un CDD sans visibilité sur l'avenir, étaient peu réjouissantes, estime-t-il. Et j'avais envie de produire quelque chose de palpable pour tout un chacun. »

Diversification

Un pari finalement gagnant. Embauché comme simple data scientist par la start-up Kernix, Joseph Pellegrino est finalement passé en moins d'un an manager du pôle R&D....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant