Renégocier son prêt : cinq conseils avant de se lancer

le , mis à jour à 08:46
0
Renégocier son prêt : cinq conseils avant de se lancer
Renégocier son prêt : cinq conseils avant de se lancer

Les vents sont favorables aux emprunteurs. Jamais les taux d'intérêt n'ont été aussi bas. L'occasion de renégocier à la baisse le coût de son emprunt immobilier.

 

1. Tout le monde peut essayer

Tout propriétaire peut tenter une renégociation en allant voir son banquier. Mais rien n'oblige non plus la banque à faire un geste commercial, à adapter le taux d'un de ses clients. « Les emprunteurs ne sont pas pieds et poings liés à leur banque. Le crédit est un contrat auquel on peut mettre fin », rappelle Maël Bernier, porte-parole du courtier Meilleurtaux.com. En cas de refus, un client peut donc sonner à la porte d'une autre banque et faire « racheter » son crédit immobilier.

 

2. Plus le prêt est récent, plus on gagne

La renégociation n'est pas systématiquement une bonne opération, car les prêts immobiliers sont pour la plupart à taux fixe et « amortissable ». Autrement dit, l'emprunteur rembourse d'abord les intérêts, avant de s'attaquer au capital. Or, renégocier son prêt immobilier, c'est rediscuter de sa charge d'intérêt, c'est-à-dire de ce que l'on paye lors des premières années de remboursement. « La renégociation est vraiment intéressante lorsqu'on est dans le premier tiers, voire la première moitié, de son emprunt immobilier », souligne Maël Bernier. Un coup d'œil au contrat de départ s'impose avant de se lancer dans une renégociation.

 

« Il faut que vous ayez emprunté sur plus de dix ans, que votre capital restant dû dépasse les 100 000 € et que la différence entre votre taux initial et le nouveau qui vous est proposé soit d'au moins 0,75 %, voire 1 % », estime, de son côté, Didier Laporte, directeur des études du courtier Cafpi.

 

3. Faites attention aux coûts

Renégocier son prêt, c'est modifier, voire résilier, le contrat passé avec sa banque. Cette démarche implique forcément des frais : de dossier — quelques centaines d'euros —, de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant