Renégocier la dette grecque, priorité de Tsipras II, dit Syriza

le
0

par Renee Maltezou ATHENES, 21 septembre (Reuters) - Négocier un allègement de la dette grecque figurera en tête des priorités du nouveau gouvernement d'Alexis Tsipras, a déclaré lundi matin un cadre influent du parti Syriza, reconduit au pouvoir lors des élections législatives de dimanche en Grèce. "Nous continuerons les négociations dans la période à venir, avec la question de la dette comme première et plus importante des batailles", a dit cette source. Le parti de la gauche radicale a obtenu dimanche une victoire plus nette que prévue et Tsipras, qui sera investi dans l'après-midi selon une source à la présidence grecque, entend reconduire la coalition qu'il formait dans la précédente législature avec les Grecs indépendants (droite souverainiste). Mais pour renforcer la position d'Athènes dans les discussions à venir avec ses partenaires européens sur le poids de la dette grecque, il tentera de forger un consensus élargi avec les autres partis politiques, a ajouté ce cadre de Syriza. "Nous allons demander à toutes les forces politiques de soutenir nos efforts", a-t-il dit. UN PLAFONNEMENT DU SERVICE DE LA DETTE Plusieurs gouvernements européens, à commencer par l'Allemagne, s'opposent à une réduction de la dette grecque mais ne sont pas hostiles à son rééchelonnement. La semaine dernière, des sources au sein de la zone euro ont indiqué à Reuters que les gouvernements étaient prêts à plafonner à 15% du PIB de la Grèce le service de la dette qui pèse sur les finances publiques. Ce mécanisme prévu sur le long terme aurait pour effet de réduire le montant consacré chaque année par l'Etat grec au paiement des intérêts et au remboursement de la dette publique en cas de ralentissement économique et de l'augmenter si la croissance est plus soutenue. (voir ID:nL5N11N4AJ ) La Grèce plaide pour une réduction du montant nominal de sa dette aux autres pays de la zone euro, mais les ministres des Finances de l'Eurogroupe ont catégoriquement exclu cette hypothèse le mois dernier. En avril, le montant total de la dette publique grecque atteignait 301,5 milliards d'euros, dont 197 milliards d'euros dus à ses partenaires de la zone euro. Rapporté au poids de son économie, l'endettement de la Grèce représente encore 168,8% de son PIB, contre 177,1% en 2014. Pour le Fonds monétaire international (FMI), la dette publique d'un Etat n'est soutenable qu'à condition de ne pas dépasser 120% du PIB. Toujours selon ce cadre de Syriza, Alexis Tsipras envisage en outre de former un conseil national de politique européenne qui intégrerait des représentants d'autres partis siégeant au Parlement. Ce conseil aurait un rôle de conseil auprès du futur ministre des Finances. Ce poste devrait, selon le quotidien Ethnos, être confié de nouveau à Euclide Tsakalotos, qui a succédé début juillet à Yanis Varoufakis et a négocié les termes du troisième plan d'aide financière accordé cet été à la Grèce. Pour Malcolm Barr, analyste chez JP Morgan, les discussions devraient aboutir d'ici le début de l'année prochaine sur une restructuration de la dette grecque. "Nous continuons de penser que le programme (du plan d'aide) progressera suffisamment pour permettre une restructuration des prêts de pays de la zone euro d'ici la fin du premier trimestre 2016", écrit-il dans une note. LIEN Pour le POINT sur les élections: ID:nL5N11P0JB (Marc Angrand et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux