René la castagne !

le
0
René la castagne !
René la castagne !

Ce mardi se jouent les huitièmes de finale de la KNVB Beker, la Coupe des Pays-Bas. Si des affiches comme Heracles-PSV ou Feyenoord-Willem II s'annoncent prometteuses, d'autres sentent le fond de " Jupi " League. Comme ce Excelsior '31–Den Bosch dont l'un des rares intérêts s'installera sur le banc visiteur : René van Eck. Un entraîneur dont les méthodes et le style sont aux antipodes du football moderne. Voire du football tout court.

Orlando Smeekes se rappellera longtemps de son passage du côté du FC Carl Zeiss Iena entre 2009 et 2011. Lors d'un entraînement avec le FCC, le milieu curacien de 33 ans avait fini la lèvre supérieure en sang. Son entraîneur, René van Eck, lui, avait tout autre chose aux lèvres : le sourire. Et pour cause, depuis le début de sa carrière comme coach en 2002, le technicien néerlandais a pris pour habitude de " muscler le jeu " de ses ouailles en leur offrant des séances de... kickboxing. Un mal pour un bien. " Ça peut te permettre de contrôler ton corps tout en restant agressif sur les tacles ", selon le natif de Rotterdam, sans oublier de rappeler que dans sport de combat, il y a " sport " : " Après une heure d'entraînement, certains d'entre eux ont sans doute dû croire qu'ils étaient Bruce Lee. Mais ça n'est pas aussi facile que ça en a l'air à la télévision. " Ce jour-là, Orlando Smeekes ne s'est pas pris pour Bruce Lee, Jean-Claude Van Damme ou Steven Seagal. Il s'est simplement " bien défendu ", dixit son entraîneur. Et Van Eck sait de quoi il parle : du bout de ses 50 ans, le kickboxing et lui, ça fait plus de vingt ans que ça dure.

" Moi, c'est Andy, champion de K-1 "


En 1993, René van Eck est un défenseur rugueux et volontaire qui, après avoir joué du tacle en seconde division néerlandaise à l'Excelsior Rotterdam, puis à Den Bosch, s'est installé depuis trois ans dans les Alpes suisses, au sein de la défense du FC Lucerne plus précisément. C'est alors que le grand blond (1,84m pour 85kg) avec deux chaussures noires se fait les croisés. Encore une fois, un mal pour un bien qui implique les pieds et les poings. En pleine rééducation, Van Eck est rapidement aidé par un homme aux épaules aussi fournies que sa moustache : " Je lui demande qui il est : "Moi, c'est Andy, champion de K-1." " Andy AKA Andy Hug. Peu connu dans sa Suisse natale, le bonhomme est une vraie star au Japon où cette forme de kickboxing vient d'être créée par Kazuyoshi Ishii. Dans les années 90, celui que les Nippons surnomment le Samouraï aux yeux bleus ou encore Tetsujin (l'homme de fer) remporte le K-1 World Grand Prix en 1996 avant de garder pendant quatre ans une ceinture de champion du monde de kickboxing en catégorie poids super-lourds. René van Eck, lui, se déplace avec son pote…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant