René Girard : " Vardy ressemble au Giroud de Montpellier "

le
0
René Girard : " Vardy ressemble au Giroud de Montpellier "
René Girard : " Vardy ressemble au Giroud de Montpellier "

Depuis Vauvert, René Girard embrasse le football français et européen de son expertise. Où il est question des médias, de Bielsa, de Jardim, de Ranieri, et même de Toulouse.

Votre image, votre relation avec les médias peut-elle affecter votre travail au quotidien ? Au niveau du travail, il n'y a pas de souci. Le plus important c'est mon groupe, c'est très simple, il faut le faire avancer. Après, autour, c'est autre chose, c'est une autre équipe à gérer. Au sein du club, il y a d'autres personnes qui ont d'autres fonctions, c'est compliqué de gérer une équipe et de devoir se méfier de ce qui se passe autour. Mais avec les joueurs il y a toujours eu une osmose, je n'ai jamais eu de problème de groupe qui lâche, qui se révolte. Au contraire, j'ai toujours été dans la sincérité. L'honnêteté et la rigueur ont toujours été des choses vivantes entre le groupe et moi-même. Alors, pourquoi changer ? Changer par rapport à quoi et par rapport à qui ? On vient vous chercher pour gérer une équipe, pour avoir des résultats. Vous les avez, je vois pas pourquoi je changerais. C'est quoi la communication aujourd'hui, dites-moi ? Je me pose beaucoup de questions sur la communication. Est-ce que c'est dire amen, être un béni oui-oui, raconter n'importe quoi, sortir avec les gens pour être bien avec eux ? On ne peut pas avoir son caractère, sa vie, sa façon de gérer, sans toujours être jugé ?

Avez-vous l'impression d'être sous-estimé ? Pfff... Qu'est-ce que je pourrais dire ? Je veux pas me mettre en avant mais, voilà, en 6 ans, ce qu'on fait à Montpellier, à Lille, je pense que c'est pas mal quand même. Au niveau des résultats, on ne peut pas dire que les équipes que j'ai dirigées n'étaient pas performantes et compétitives, bien au contraire. Après, la frustration que je peux avoir, c'est le manque d'objectivité par des gens qui se disent connaître le football. On n'est pas là pour faire copain-copain. On est là pour avoir des résultats, pour avancer, pour être le plus performant possible. Là-dessus, personne peut m'en vouloir ou me dire le contraire : mes équipes ont été performantes au-delà de ce qu'on pouvait espérer. L'objectivité, c'est quelque chose d'important, difficile à acquérir pour certaines personnes. Peut-être parce que quand on a envie d'aimer, on aime, et quand on a envie de valoriser ou de soutenir quelque chose, on le fait même si c'est pas justifié. Bon, on fait avec, je continue à avancer, il me reste quelques années à le faire et je vais le faire.

[EXERGUE


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant