Rendre plus accessibles aux "handinautes" les services publics en ligne

le
0
Rendre plus accessibles aux "handinautes" les services publics en ligne
Rendre plus accessibles aux "handinautes" les services publics en ligne

(AFP) - Logiciel lecteur d'écran, vidéos sous-titrées, code-couleur, contraste, taille des lettres: un nouveau cahier des charges a été inauguré jeudi pour améliorer l'accessibilité des personnes handicapées aux services publics en ligne, qui seront dotés d'un label "e-accessible".

Aujourd'hui, "seuls 4% des sites de l'administration affichent une déclaration de conformité" au précédent cahier des charges qui n'avait pas été réactualisé depuis 2009, a rappelé Clotilde Valter, secrétaire d'Etat chargée de la Réforme de l'Etat et de la Simplification, en inaugurant le nouveau "Référentiel général d'accessibilité pour les administrations" (RGAA), avec Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées.

"Il y avait urgence", a relevé Mme Valter.

Ce "Référentiel" est un cahier des charges "conçu comme un +nouveau passeport+ pour les personnes handicapées quand elles veulent accéder aux services publics. La démarche s'avère souvent exigeante pour elles. Il fallait que ça change", a poursuivi la secrétaire d'Etat, nommée à ce poste le 18 juin.

Pour rendre "chaque site internet, chaque application, réellement accessible, il fallait faire évoluer la configuration, tout ce qui crée un univers et peut le rendre abordable, simple, convivial".

"L'objectif est d'ouvrir les services numériques aux personnes en situation de handicap sensoriel, moteur ou cognitif, au moyen, le cas échéant, d'une technologie d'assistance adaptée", a résumé Ségolène Neuville.

C'est la Direction interministérielle des systèmes d'information et de communication (DISIC), missionnée par le Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique qui a conçu ce nouveau Référentiel, "fruit d'une méthode collaborative", a précisé Clotilde Valter.       

Rien ne sert de fixer des règles si elles ne sont pas mises ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant