Rencontres en ligne: Cupidon l'emporte sur la morosité

le
0
Rencontres en ligne: Cupidon l'emporte sur la morosité
Rencontres en ligne: Cupidon l'emporte sur la morosité

La crise économique donne des ailes à Cupidon. L'utilisation des sites de rencontre sur internet monte en flèche et pour la Saint-Valentin, les spécialistes de l'amour en ligne lancent des opérations de séduction auprès des célibataires.Sur les 18 millions de célibataires en France, "un sur deux utilise désormais un site de rencontre", affirme Jessica Delpirou, Directrice France de Meetic, lancé en 2001 et racheté récemment par l'américain Match.com.Le début de l'année, qui coïncide avec les bonnes résolutions, constitue "une période forte" et pour la Saint-Valentin, la société, qui recense 840.000 abonnés payants en Europe, s'attend à un "pic d'inscriptions", sans toutefois donner de prévisions chiffrées.L'an dernier, elle avait enregistré pour la journée du jeudi 14 février 38% de souscriptions en plus par rapport aux autres jeudis de février, rappelle Mme Delpirou.Du 12 au 14 février, Meetic, plus gros annonceur européen dans sa catégorie, prévoit ainsi de lancer une opération "boudoir" : un camion stylisé façon années 1950 sillonnant Paris et faisant office de salon de massage et manucure.Depuis l'an dernier, le site développe des services de rencontre "dans la vie réelle" (soirées, dîners, ateliers cuisine, ?nologie, photographie...). Rien que pour la semaine de la fête des amoureux, il compte organiser en France 35 soirées alors qu'il prépare habituellement 100 événements par mois.Une autre opération, "Lovoo loves you", sera proposée la veille de la Saint-Valentin, par l'application de rencontre géolocalisée pour smartphone et tablettes Lovoo, lancée en France en septembre. L'objectif est de "célébrer l'amour" dans un hôtel parisien avec sa communauté française à qui il veut faire passer le cap du million d'utilisateurs en 2014. "Le couple, valeur refuge" Le spécialiste d'origine allemande, qui s'adresse à un public jeune ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant