Rencontre Porochenko-Poutine le 15 janvier à Astana

le
0

KIEV, 29 décembre (Reuters) - Le président ukrainien Petro Porochenko rencontrera son homologue russe Vladimir Poutine le 15 janvier à Astana en présence de la chancelière allemande Angela Merkel et du chef de l'Etat français François Hollande, a-t-il annoncé lundi. Barack Obama, avec lequel il s'est entretenu au téléphone, pourrait participer à l'avenir à ce genre de réunion, a-t-il poursuivi, reconnaissant par ailleurs que Kiev n'avait pas les moyens de reprendre par la force les territoires aux mains des séparatistes pro-russes. "Le plus important, c'est de faire le nécessaire pour que le fragile cessez-le-feu cède la place à une paix durable et que les territoires occupés reviennent sous le contrôle des autorités ukrainiennes", a dit Petro Porochenko. La semaine dernière, les forces gouvernementales et les séparatistes ont procédé à un échange de prisonniers dans le cadre du protocole de Minsk, censé conduire à la fin des hostilités, tandis que le rouble russe s'effondrait face au dollar en raison des sanctions occidentales liées au conflit. "L'Ukraine paye un prix énorme à cause de cette agression, mais la Russie n'est pas en reste", a observé Petro Porochenko. Il a par ailleurs rappelé que Moscou avait accepté ce week-end de fournir du charbon et de l'électricité à Kiev. ID:nL6N0UB06B Malgré ces mesures d'apaisement, le gouvernement n'acceptera aucun compromis en ce qui concerne le retour sous son autorité de l'Est du pays et de la Crimée, annexée en mars par la Russie, a-t-il averti, tout en écartant l'option militaire. "Nous n'avons pas les ressources nécessaires à une offensive", a reconnu le chef de l'Etat, qui a par ailleurs promulgué le texte sur l'abandon du statut de non-aligné, adopté dans le cadre du rapprochement avec l'Otan. "Quand l'Ukraine remplira les conditions (d'adhésion à l'Otan) - ce qui est possible d'ici cinq à six ans - les Ukrainiens feront leur choix", a-t-il ajouté. Après l'adoption du texte au Parlement, la semaine dernière, Moscou a accusé l'Alliance atlantique de chercher à faire de l'Ukraine la nouvelle "ligne de front" de son face-à-face avec la Russie. (Natalia Zinets et Pavel Polityuk, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant