Rencontre avec Elisabeth, doyenne des Français et centenaire impatiente

le , mis à jour à 07:22
0
Rencontre avec Elisabeth, doyenne des Français et centenaire impatiente
Rencontre avec Elisabeth, doyenne des Français et centenaire impatiente

Les ans n'ont pas émoussé son « petit caractère ». « Non ! Non ! » proteste Elisabeth Collot, 113 ans, la nouvelle doyenne des Français — depuis le décès vendredi d'Eudoxie Baboul à 114 ans — lorsqu'on veut la prendre en photo. Le flash lui fait mal aux yeux. « Maman ne se laisse pas faire ! » avertit sa fille Marie-Thérèse, âgée de 70 ans.

 

Elisabeth est née le 21 juin 1903. Elle a eu 6 enfants, 11 petits-enfants, 24 arrière-petits-enfants et 5 arrière-arrière-petits-enfants. C'est chez son fils Michel, 80 ans, qu'elle a élu domicile, dans une maison d'Echirolles, dans la banlieue de Grenoble (Isère). « L'an dernier, on a essayé de la mettre dans une structure spécialisée. Mais un mois après, elle était de retour ici », se souvient Michel.

 

Une centenaire pleine de vie

 

Elisabeth ne marche plus depuis cinq ans, mais dans son fauteuil roulant, elle ne tient pas en place pour autant. « Chaque après-midi, il faut aller la promener en voiture. Cela la distrait. Malgré ses problèmes de vue, elle aime les paysages de la région. Mais il faut que cela avance. Elle proteste quand je m'arrête aux feux rouges, elle me demande de redémarrer aussitôt. Elle est impatiente », confie Michel.

 

Elisabeth, centenaire pressée, n'a jamais été malade. « Et je ne suis jamais allé à l'hôpital », insiste cette Champenoise d'origine. Née à Andelot-Blancheville (Haute-Marne), Elisabeth a quitté sa pension à l'âge de 18 ans pour aller vivre à Paris. En 1925, elle se marie avec Paul Collot. La famille de ce dernier dispose d'une ferme à Echirolles et le couple s'installe alors dans les Alpes. Elisabeth passera la majeure partie de sa vie à s'occuper de ses enfants. « Elle a toujours accouché à la maison », précise sa fille. Sportive, la vieille dame se souvient de ses sorties à ski, au col de Porte, lorsqu'elle était encore valide. « J'aimais ça. Mais j'étais ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant