Rencontre avec : Bruno Moinard

le
0
Le designer Bruno Moinard Jacques Pepion
Le designer Bruno Moinard Jacques Pepion

(Relaxnews) - Les 340 boutiques Cartier, l'aménagement des chais de Château Latour, mais aussi les musées Rodin et Carnavalet. Bruno Moinard est un architecte d'intérieur qui cumule les projets prestigieux. Il a lancé début février sa maison d'édition de meubles. Fin mars, il ouvrira sa galerie.

Relaxnews : Pourquoi s'être tourné vers l'édition de meubles ?

Bruno Moinard : Je me suis tourné vers l'édition de meubles très simplement. J'ai commencé à éditer des lampes destinées à mon bureau. Posées sur la table, elles plaisaient à des clients qui ont fini par les acheter.

J'ai toujours dessiné pour les appartements, mais aussi pour les musées et les boutiques. Pour ces deux types d'espaces, il est facile de décliner le mobilier. La chose est plus complexe pour les particuliers, car tout doit entrer dans un contexte particulier. Il faut faire du sur-mesure, on est dans un rapport de proximité. C'est de la haute couture, un jeu de maniaquerie invisible.

Lancer son édition de meubles, c'est beaucoup plus abstrait, car on s'adresse à la généralité.

R. : Qu'est-ce qui a inspiré la première collection ?

B. M. : Je suis dans l'écriture d'un style de l'anti ostentation. Cela peut être un petit meuble brillant qui va donner de la lumière à une pièce, un plateau en bois qui a l'apparence du cuir. C'est l'alchimie d'une contrefaçon impossible.

Mais je ne sais pas d'où vient l'inspiration en particulier. Des voyages peut-être. Pour un tapis, ça peut être la lumière, la profondeur de l'eau.

Ma cible, c'est un mobilier de facture française. Je travaille avec des artisans d'art, des tapissiers, des bronziers qui utilisent des matériaux sophistiqués. Parfois ils sont à cinq sur un même meuble ! Ils sont de véritables alchimistes. En quatre mois et demi, ils ont réalisé 40 meubles. Une véritable prouesse en si peu de temps. 

R. : Parlez-nous de vos allées et venues en Chine...

B. M. : Je m'y rends tous les trois mois pour réaliser des maisons de particuliers. Et c'est mon grand plaisir. J'ai l'impression d'être le grand magicien français dont il rêve. Pour eux, je représente Hermès, Cartier, Château Latour. Un de mes clients se promène avec mes dessins et les montre en assurant qu'il s'agit de la plus belle maison du monde. Ils agissent comme des enfants à qui j'aurai offert un jouet. Toucher de l'humain me touche. C'est là d'où je tire le plaisir de mon travail.

La galerie ouvrira le le 27 mars au 31 rue Jacob, Paris 6e.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant