Renault vise un résultat opérationnel positif dans l'automobile

le
0
BAISSE DE 15% DU RÉSULTAT NET DE RENAULT EN 2012
BAISSE DE 15% DU RÉSULTAT NET DE RENAULT EN 2012

par Gilles Guillaume

BOULOGNE-BILLANCOURT (Hauts-de-Seine) (Reuters) - Renault compte renouer cette année avec un bénéfice opérationnel dans l'automobile, ses 15 nouveaux modèles et la croissance à l'international devant permettre de contrer les incertitudes qui planent toujours sur le marché européen.

Le constructeur a accusé une légère perte opérationnelle de 25 millions d'euros l'an dernier dans sa branche auto, contre une marge opérationnelle positive de 330 millions en 2011. Cette perte reste toutefois minime comparée à la perte opérationnelle courante de 1,5 milliard d'euros dont son concurrent PSA Peugeot Citroën a fait état mercredi.

"Renault a réussi à produire des résultats tout à fait décents dans un environnement très difficile", a déclaré le PDG Carlos Ghosn au cours d'une conférence avec les analystes financiers. "Mais la principale inconnue, ici, c'est le marché européen."

Le constructeur, qui avait dû renoncer en fin d'année dernière à son objectif de hausse des ventes en 2012, attend cette année une croissance de 3% du marché automobile mondial, une baisse d'au moins 3% du marché en Europe et un recul de 3% à 5% en France.

"Le groupe a pour objectif en 2013, sous réserve que les marchés européens et français ne soient pas significativement inférieurs au niveau attendu, d'augmenter ses volumes de ventes, de dégager une marge opérationnelle de l'automobile positive et de générer un free cash flow opérationnel de l'automobile positif", a indiqué Renault dans un communiqué.

L'an dernier, le free cash flow opérationnel de la division automobile a été positif à hauteur de 597 millions d'euros.

A la Bourse de Paris à 10h50, le titre Renault s'inscrivait en tête des hausses de l'indice CAC 40 avec un bond de 5,5% à 45,58 euros.

"Les prévisions pour 2013 sont rassurantes", commente un trader en poste à Paris. "La confirmation de l'objectif de deux milliards d'euros de free cash flow sur 2011-2013 implique un free cash flow d'au moins 400-500 millions d'euros en 2013."

PAS ENCORE DE DIVIDENDES PROPRES À RENAULT

Le constructeur a dégagé en 2012 un bénéfice net part du groupe de 1,77 milliard d'euros, en baisse de 15% mais limitée par le produit de la cession des derniers titres Volvo. Le chiffre d'affaires a reculé sur la période de 3,2% à 41,27 milliards d'euros.

Le groupe proposera de verser un dividende de 1,72 euro par action au titre de l'exercice écoulé, soit une hausse de 48%. Ce dividende reflète intégralement la contribution des sociétés associées au résultat net, notamment Nissan dont le groupe français détient 43,4%.

Au cours d'un briefing avec les journalistes, le directeur financier Dominique Thormann a indiqué que le groupe avait toujours bon espoir de voir le coeur de métier de Renault contribuer à terme à son tour au dividende.

Renault, qui doit lancer cette année 15 nouveaux modèles ou versions dans le cadre d'un vaste renouvellement de sa gamme, affichait fin 2012 une position nette de liquidité de 1,49 milliard d'euros, contre une dette de 299 millions fin 2011, grâce notamment à la cession en décembre du solde des actions détenus dans Volvo. C'est la première fois depuis l'entrée au capital de Nissan en 1999 que le groupe Renault n'a plus de dettes.

Contrairement aux 4,1 milliards d'euros de dépréciations d'actifs automobiles annoncés par PSA, Renault a fait état de dépréciations limitées à 279 millions d'euros en 2012, liées à l'impact du marché européen sur les perspectives de six véhicules de la gamme.

La dégradation du marché européen a conduit Renault à engager des négociations avec les syndicats du groupe à l'automne dernier pour améliorer sa compétitivité en France. Le groupe a promis de maintenir tous ses sites français en échange notamment d'un gel des salaires et d'un allongement du temps de travail.

Pour faciliter un accord, sur lequel les négociations vont se poursuivre la semaine prochaine avec les syndicats, Carlos Ghosn a proposé de retarder de quatre ans - la durée de l'accord - le versement de 30% de la part variable du salaire qu'il touchera au titre de 2012.

"J'ai bon espoir que nous puissions signer prochainement un accord qui aura pour conséquence l'accroissement de la charge de nos usines en France", a dit Carlos Ghosn lors de la conférence de presse.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant