RENAULT veut sa part du marché iranien, PSA PEUGEOT CITROEN en première ligne

le
0

(AOF) - A l'occasion de la visite du président iranien Rohani en France, Renault a affirmé qu'il allait profiter de la levée des sanctions internationales qui pesaient sur le pays pour intensifier ses activités en Iran à un niveau significatif et qu'il prépare, avec ses deux partenaires, de nouveaux lancements de modèles dès que des relations fluides auront repris entre les banques françaises et iraniennes.

"Avec deux millions de véhicules prévus à l'horizon 2020, le potentiel du marché automobile iranien est indéniable. Renault a de fortes ambitions en Iran et nous sommes en discussions avancées avec nos deux partenaires SAIPA et Iran Khodro pour renforcer notre présence, faire évoluer nos structures, et soutenir la filière automobile iranienne", a déclaré Bernard Cambier, directeur des opérations de Renault pour la région Afrique, Moyen-Orient, Iran, Inde.

Depuis plus de dix ans, sans interruption, la coentreprise Renault Pars créée en partenariat avec les deux principaux constructeurs du pays, Saipa et Iran Khodro, a permis à Renault de produire près de 500 000 véhicules en Iran.

En 2015, deux nouveaux véhicules ont d'ailleurs été industrialisés : Logan Pick-up avec Iran Khodro et Sandero avec Saipa. Ils viennent compléter une gamme appréciée par les iraniens.

Quelques heures avant la communication de la marque au losange, son rival Peugeot avait annoncé la signature d'un contrat de joint-venture avec Iran Khodro en vue de produire des véhicules de dernière génération en Iran, une semaine après la levée des sanctions internationales contre le pays. Cette société, dont le capital sera réparti à 50/50, pourra investir jusqu'à 400 millions d'euros au cours des 5 prochaines années en capacités industrielles et en recherche & développement.

Cet investissement contribuera au développement d'un outil industriel compétitif permettant la production et la commercialisation des modèles Peugeot 208, 2008 et 301, équipés de motorisations de dernière génération.

L'accord prévoit la reprise des relations contractuelles concernant la fabrication des véhicules de la marque Peugeot actuellement produits en Iran, la création d'une JV sur le site industriel de Téhéran pour produire de nouveaux véhicules Peugeot de dernière génération et la capacité à exporter les produits de la JV dans la région.

Les premiers véhicules sortiront des lignes de production de l'usine de Téhéran au cours du second semestre 2017.


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant