Renault-Ventes +13%, propose 500 mlns pour ses usines françaises

le
0
    * CA de 10,55 milliards d'euros au 3e trimestre 
    * Ventes soutenues par l'Europe, la gamme et l'Inde 
    * Investissements et nouveaux modèles pour les usines 
françaises en échange de gains de compétitivité 
 
 (Actualisé avec précisions) 
    par Gilles Guillaume et Laurence Frost 
    PARIS, 25 octobre (Reuters) - Renault  RENA.PA  a fait état 
mardi d'une hausse de 13% de son chiffre d'affaires au troisième 
trimestre, soutenu par la bonne tenue du marché européen, le 
renouvellement de sa gamme et le redémarrage des ventes du 
groupe hors d'Europe. 
    Le constructeur au losange, qui a également proposé 500 
millions d'euros d'investissements pour moderniser ses usines 
françaises dans le cadre des négociations en cours sur le 
prochain accord de compétitivité, a réalisé sur les trois 
derniers mois un chiffre d'affaires de 10,55 milliards d'euros. 
Le consensus réalisé par Inquiry Financial pour Reuters tablait 
sur un chiffre de 10,43 milliards. 
    Les ventes du groupe ont progressé de 11,3% en Europe, mais 
bondi de 21,5% hors du continent, signe que les marchés du grand 
international ont repris des couleurs grâce à l'Afrique, au 
Moyen-Orient et à l'Inde où Renault a multiplié par sept ses 
ventes grâce au succès de la voiture ultra low cost Kwid. 
    Encore au premier semestre, la performance de Renault hors 
d'Europe continuait de progresser moins vite que les ventes 
européennes du groupe, sous l'effet conjugué de la reprise des 
marchés en Europe et de la crise observée en Amérique du Sud et 
en Russie. 
    Du coup, alors qu'elle baissait régulièrement depuis trois 
ans, la part des ventes de Renault hors d'Europe est remontée au 
troisième trimestre à 48%, contre 46% un an plus tôt, retrouvant 
son niveau de 2014. 
     
    NOUVELLE RÉUNION AVEC LES SYNDICATS 
    Le groupe a par ailleurs fait un point sur les discussions 
engagées fin septembre avec ses syndicats sur le nouvel accord 
de compétitivité devant prendre la suite du compromis de 2013. 
    "La direction propose un projet pour faire de ses usines 
françaises une référence industrielle au sein du groupe à 
horizon 2019", a-t-il indiqué sur son site internet. "Après 
avoir présenté les objectifs de performance et discuté des 
moyens associés, la direction a proposé le principe d'un volume 
annuel d'activité minimum et d'une visibilité pour les sites 
au-delà de 2019." 
    En échange d'une amélioration de la performance à une 
moyenne de 90 véhicules par personne et par an, le constructeur 
s'engagerait sur un volume annuel moyen "au moins égal à celui 
de 2016, à conditions identiques de marché", sur un volume 
annuel moyen minimum de 1,5 million d'organes mécaniques et de 
châssis et à attribuer au moins un nouveau modèle par usine 
d'assemblage, leur donnant ainsi une visibilité au-delà de 2019. 
    Il a notamment cité l'introduction d'une nouvelle plateforme 
à Flins, lieu de production de la Zoé, de la Clio et de la 
nouvelle Nissan Micra, et à Maubeuge, où est assemblé le Kangoo 
et sa version Mercedes. 
    Le constructeur a confirmé par ailleurs ses objectifs 
annuels, notamment une croissance de son chiffre d'affaires à 
changes constants et une amélioration de la marge opérationnelle 
du groupe. Il a également maintenu ses prévision de marché pour 
l'année en cours, soit une hausse de 1,7% à l'échelle mondiale, 
au moins +5% à l'échelle européenne, des baisses de 15-20% et 
12% respectivement au Brésil et en Russie et une hausse de 7% à 
9% du marché automobile indien en 2016. 
     
    Le communiqué: http://bit.ly/2ekuKcM 
 
 (Edité par Jean-Michel Bélot) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant