Renault : Vasseur et Prost dans l'organigramme ?

le
0
Renault : Vasseur et Prost dans l'organigramme ?
Renault : Vasseur et Prost dans l'organigramme ?

Alors que Renault doit dévoiler au début du mois de février l'organigramme de son écurie, issue du rachat de Lotus, l'arrivée de Frédéric Vasseur et l'implication d'Alain Prost ne font quasiment plus de doute, selon des informations du magazine britannique Autosport.

La nouvelle écurie Renault se met petit à petit en place. Depuis l’officialisation du rachat de l’écurie Lotus par la marque au losange, les rumeurs se multiplient concernant le futur organigramme et des hommes qui mèneront le retour de Renault comme constructeur. Mais il y a bien un nom qui revient très souvent, c’est celui de Frédéric Vasseur. L’actuel patron de l’écurie ART Grand Prix, présente notamment en GP2, GP3 et DTM, a été vu durant la saison en discussion avec Cyril Abiteboul et Alain Prost alors que le retour de Renault n’était qu’au stade de rumeur. Selon des informations du magazine britannique Autosport, son arrivée au sein de l’écurie tricolore devrait être confirmée début février lors de la présentation officielle de l’écurie, ses couleurs et son nom, lors d’un événement à Paris.

Prost futur ambassadeur ?

Pour sa future écurie, Renault aurait décidé de mettre en place une direction à plusieurs têtes, à l’image de Mercedes ou McLaren. Il n’y aurait pas de « team principal » à proprement parler, c’est-à-dire un patron qui aurait pour charge de tout diriger. Les responsabilités seraient divisées entre le directeur de course, un directeur technique et un responsable de tout ce qui touche au marketing et aux relations avec Bernie Ecclestone. Ces trois rôles reviendraient respectivement à Frédéric Vasseur, à l’actuel directeur technique de Lotus Nick Chester et à Gérard Lopez. Le patron de Genii Capital a conservé une part du capital de l’écurie Renault et va apporter son expertise à la marque française. Au dessus de ce triumvirat, Alain Prost devrait avoir un rôle d’ambassadeur, comme Niki Lauda au sein de Mercedes, alors que le conseil d’administration de l’écurie devrait être présidé par le directeur des opérations financières de Renault Thierry Cognet. Le rôle de président de l’écurie pourrait revenir à Carlos Ghosn lui-même, à moins qu’il choisisse de le déléguer au président de Renault Sport F1 Jérôme Stoll.

Renault veut repeupler son usine

Mais, avant de choisir son organisation, l’écurie Renault a lancé un vaste plan d’embauche de talents en vue de la saison 2016. Via le site internet de l’écurie Lotus, qui n’a pas encore été redessiné pour le mettre aux couleurs de Renault, près d’une trentaine d’offres d’emplois, principalement dans des domaines techniques ont été postées. Ceci montre que Renault veut s’entourer de nouveaux talents pour relancer ce qui était il y a quelques années encore son écurie, même si Carlos Ghosn a été clair et laisse trois ans à ses équipes pour revenir au sommet de la hiérarchie de la F1, avec une implication de la marque annoncée pour les dix prochaines années au minimum. Mais quasiment tout reste à construire, et l’incertitude reste concernant les noms des pilotes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant