Renault-Une chaire pour rester leader dans la voiture électrique

le
0
    par Guillaume Frouin 
    NANTES, 12 septembre (Reuters) - Renault  RENA.PA  a ouvert 
lundi une chaire avec l'Ecole centrale de Nantes pour améliorer 
la performance de la propulsion des véhicules électriques, un 
domaine où le constructeur français demeure leader en Europe 
avec 27% du marché. 
    Dotée de 4,6 millions d'euros, cette chaire fera travailler 
les équipes de l'entreprise pendant cinq ans avec une trentaine 
de chercheurs de l'école d'ingénieurs nantaise. 
    "Ce qu'il faut absolument faire, c'est optimiser le mode de 
fonctionnement entre toutes ces briques technologiques 
(batterie, moteur,...) pour gérer l'énergie embarquée et la 
restituer au véhicule", a expliqué Philippe Schulz, directeur de 
l'ingénierie électrique et hybride chez Renault. 
    "Notre objectif, c'est de continuer à faire des véhicules 
électriques qui soient abordables par Monsieur 
Tout-le-monde(...), ce n'est pas de faire des véhicules de 
niche." 
    Leur autonomie limitée - 240 kilomètres pour le dernier 
moteur électrique lancé en 2015 par Renault - et le coût 
important des batteries, qui représentent environ la moitié du 
prix de la voiture, ont constitué d'importants freins au 
décollage d'une technologie pourtant bien placée pour profiter 
des déboires du diesel et de la volonté croissante des 
municipalités de pouvoir interdire les centres-villes aux 
moteurs thermiques.   
    Philippe Schulz promet "des innovations technologiques tous 
les ans" grâce aux chercheurs nantais, et cela dès l'année 
prochaine.  
    "Nous serons surpris par l'ampleur de la déferlante : à 
l'horizon 2020-2022, l'offre deviendra assez évidente pour les 
clients : l'électrification va devenir mainstream, elle va 
devenir majeure, elle va devenir essentielle dans notre 
portefeuille technologique", a-t-il ajouté. 
    Philippe Schulz - qui s'est refusé à pronostiquer une 
quelconque "fin du diesel" - s'est également gardé d'annoncer 
des objectifs en termes d'autonomie kilométrique, promettant 
simplement des annonces à l'occasion du salon de l'auto de Paris 
à la fin du mois. 
    "Les annonces que nous allons faire au Mondial de 
l'automobile vont permettre de lever un verrou assez fort", 
a-t-il déclaré aux journalistes. "A l'horizon 2020, les niveaux 
d'autonomie du véhicule électrique seront compatibles avec les 
usages de 90% de la population." 
    "En réalité, c'est d'ores et déjà le cas, quand on regarde 
les trajets quotidiens moyens effectués par les propriétaires de 
véhicules, qui font moins de 80 km par jour", a-t-il ajouté. "Il 
y a 80.000 bornes de recharge installées aujourd'hui en Europe, 
soit quasiment autant que de stations-service." 
    Chaque station-service compte toutefois généralement 
plusieurs pompes, et la durée de remplissage d'un réservoir 
reste sans comparaison avec le temps de recharge d'une batterie, 
même en mode rapide. 
    Le directeur de l'ingénierie électrique et hybride de 
Renault a également précisé que Nissan  7201.T  serait 
potentiellement bénéficiaire de ces innovations technologiques, 
alors que la Leaf du constructeur japonais est actuellement la 
voiture électrique la plus vendue en Europe, devant la Zoé de 
Renault. 
    Quelque 50.000 nouvelles immatriculations de véhicules 
électriques ont été enregistrées en Europe au premier semestre, 
soit une augmentation de 11% par rapport à la même période de 
l'an passé. La France est redevenue en volume le premier marché 
européen, repassant devant la Norvège. Mais en France, les 
véhicules électriques pèsent 1% des immatriculations de voitures 
neuves, contre 13% du marché norvégien. 
 
 (Avec Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant