Renault : un des cadres nie toute implication

le
0
A l'issue de son entretien avec la direction de Renault, Michel Balthazard, cadre impliqué dans l'affaire d'espionnage, a réfuté toutes les accusations portées à son encontre par le constructeur. Ce dernier va déposer plainte mercredi.

«Victime d'une affaire qui le dépasse». C'est ainsi que Michel Balthazard, membre du comité de direction et directeur de la division amont et projets chez Renault, se qualifie. Le cadre, impliqué dans l'affaire d'espionnage qui secoue le constructeur, s'est exprimé devant la presse après son entretien avec la direction. Comme les deux autres personnes concernées, il était reçu ce mardi après-midi au siège du groupe automobile à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) pour un entretien préalable à un éventuel licenciement.

A l'issue de cette réunion qui a duré une demi-heure, Michel Balthazard s'est montré déterminé à faire reconnaître qu'il n'y est «pour rien» dans cette affaire et que son «intégrité ne peut être mise en cause». «Renault porte contre moi des accusations très graves que je réfute totalement. Il m'a été exposé des faits que je réfute également», a-t-il ainsi déclaré. Cette histoire d'espionnage porte «une atteinte grave» à sa di

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant