Renault s'organise pour améliorer la sécurité

le
0
Comme prévu après la fausse affaire d'espionnage, l'organigramme a été fortement revu.

Six mois après la fin de la calamiteuse fausse affaire d'espionnage, l'organigramme de Renault est méconnaissable. Le grand «ménage» avait commencé le 11 avril dernier, après les conclusions d'un audit interne sur les dysfonctionnements de l'entreprise pendant cette crise. Ce jour-là, sous la pression du gouvernement, de nombreux protagonistes de ce fiasco avaient été écartés. Avec en tête Patrick Pélata, le numéro deux, remplacé depuis par Carlos Tavares. Mais aussi les membres du fameux service de sécurité, le directeur des cadres dirigeants, Jean-Yves Coudriou, le directeur juridique, Christian Husson, et la secrétaire générale, Laurence Dors.

C'est aussi à cette même date que les bases de l'organisation actuelle avaient été jetées, avec la création d'un superposte de directeur délégué à la présidence, confié à Mouna Sepehri, regroupant le secrétariat général, et le juridique. Parallèlement, la Direction des ressources humaines avait été rat

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant