Renault reste à flot, LG ferait des batteries mais pas à Flins

le
3
RENAULT BÉNÉFICIAIRE AU PREMIER SEMESTRE GRÂCE À L'INTERNATIONAL
RENAULT BÉNÉFICIAIRE AU PREMIER SEMESTRE GRÂCE À L'INTERNATIONAL

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - La dégradation du marché automobile en Europe a pesé sur les résultats semestriels de Renault mais le constructeur, plus internationalisé que son concurrent PSA Peugeot Citroën, est parvenu à rester bénéficiaire.

Renault a aussi annoncé vendredi que le coréen LG pourrait construire une usine de batteries en France, qui fournirait les véhicules électriques de Renault et exporterait vers toute l'Europe.

Le projet scellerait du même coup l'abandon d'une usine de batteries électriques que Nissan, le partenaire japonais de Renault, devait construire sur le site du groupe à Flins (Yvelines).

Renault prend ses décisions en toute indépendance, a déclaré Carlos Tavares, le directeur général délégué du groupe, prié de dire si l'annonce sur LG était une concession au gouvernement qui va mobiliser près de deux milliards d'euros pour aider la filière automobile française.

En présentant ses résultats semestriels, Renault s'est dit préoccupé par le manque de visibilité et l'augmentation des risques en Europe. Il n'en a pas moins confirmé son objectif 2012 d'un free cash flow positif grâce au développement de la gamme Dacia à l'international et à l'arrivée de nouveaux modèles, notamment Clio 4.

"Au premier semestre, l'entreprise a démontré une bonne résilience, un engagement de tous les salariés qui comprennent que si nous avons réussi à maintenir le navire à flot, il nous faut encore faire de nombreux efforts pour améliorer notre compétitivité", a déclaré Carlos Tavares au cours d'une téléconférence avec les analystes.

Le numéro deux du groupe s'est aussi dit inquiet des possibles retombées des difficultés que rencontre actuellement la filière des sous-traitants, en Europe et surtout en France. Le plan automobile du gouvernement y consacre un large volet.

"Nous restons bien entendu vulnérables à la situation européenne (...) à condition que la dégradation ne s'accentue pas, nous anticipons en 2012 des ventes en légère hausse, voire proches du niveau de 2011", a dit Carlos Tavares.

Renault nuance ainsi à la baisse son objectif annuel de ventes, puisqu'il tablait jusqu'ici sur une nouvelle croissance, sans autre précision.

CASH FLOW NÉGATIF DE E200 MLNS AU S1

Renault a réalisé au premier semestre un chiffre d'affaires de 20,93 milliards d'euros, en baisse de 0,8%. La division automobile a vu sa marge opérationnelle tomber à 87 millions (0,4% du chiffre d'affaires), contre 221 millions un an plus tôt. Une réduction des coûts de 256 millions d'euros n'a pas suffi à compenser la baisse des volumes et les dépenses correspondant à l'enrichissement des voitures en équipements.

L'activité auto a consommé sur les six mois écoulés 200 millions d'euros de free cash flow opérationnel, ce que PSA perd actuellement en moyenne par mois.

"Dans un environnement difficile et incertain, Renault reste en ligne pour atteindre son objectif 2012 de free cash flow opérationnel de l'automobile positif", a déclaré le PDG Carlos Ghosn, cité dans le communiqué de résultats.

Pour y parvenir, Renault va continuer de donner la priorité à la maîtrise de ses stocks, ramenés fin juin à 61 jours de ventes contre 69 trois mois plus tôt.

David Arnold, analyste automobile chez Credit Suisse, estime que le contexte rend l'objectif annuel de cash flow plus ardu à atteindre.

En Bourse à 12h45, l'action Renault s'adjugeait 6,9% à 36,13 euros après ces annonces. Elle gagne près de 35% depuis début janvier, tandis que le titre PSA - en baisse de 1,6% à 5,866 euros - chute de près de 45%.

A l'échelle du groupe, la marge opérationnelle a reculé à 2,3% du chiffre d'affaires, contre 3% un an plus tôt. Le résultat net, part du groupe, a chuté de 38,8% à 746 millions d'euros, un montant représentant pour plus de 80% la contribution des participations détenues dans Nissan, dans Volvo et dans la filiale russe AvtoVAZ.

Renault, qui a réalisé au premier semestre 47% de ses ventes hors d'Europe, contre 39% chez PSA, attend pour le marché mondial une progression de 5% en 2012 malgré le ralentissement qui se profile en Amérique latine. Les marchés européen et français sont eux escomptés respectivement en repli de 6% à 7% et de 10% à 11%.

Avec Laurence Frost, Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1613438 le vendredi 27 juil 2012 à 14:58

    !il redresse les industries des autres pays:bonne réussite

  • Abi04 le vendredi 27 juil 2012 à 14:57

    Que c'est beau la France, on s'affiche français & écolo, mais on importe à bas coût depuis l'étranger !! Et oui il faut bien les nourrirent les actionnaires et nos charlots de Socialo.Quand on voit le résultat y a pas quoi d'être fier !!Il serait grand de taxer ce genre d'importation à 200%

  • i.jamais le vendredi 27 juil 2012 à 14:34

    Mdr : Montebourg va filer 7000e pour une caisse montée en Roumanie et des batteries faites en Corée; ce serait drole si ce n'était pas notre argent.