Renault pourrait disparaître sous sa forme actuelle, dit son PDG

le
15
CARLOS GHOSN DIT QUE RENAULT POURRAIT DISPARAÎTRE SOUS SA FORME ACTUELLE
CARLOS GHOSN DIT QUE RENAULT POURRAIT DISPARAÎTRE SOUS SA FORME ACTUELLE

PARIS (Reuters) - Le groupe Renault pourrait disparaître "sous sa forme actuelle" s'il n'améliore pas sa compétitivité en France, a déclaré vendredi son PDG Carlos Ghosn, tout en se disant confiant sur l'issue des discussions avec les pouvoirs publics et les syndicats sur la question du coût du travail.

Prié de dire si Renault pouvait "disparaître" dans le contexte de chute des ventes en Europe, Carlos Ghosn a déclaré sur RTL : "Sous sa forme actuelle, oui. Toute entreprise est liée à son pays, je ne connais aucune entreprise qui soit viable, qui puisse prospérer à partir d'une base qui ne soit pas compétitive."

"Toute entreprise a besoin d'une base naturelle, la base naturelle de Renault, c'est la France."

"Le danger est réel. Je ne vous parle pas d'un danger à trois mois ou à six mois (...) Je suis obligé de réfléchir sur des échéances de trois ans, de cinq ans et de dix ans."

Interrogé par la suite en marge d'une conférence de presse au Mondial de l'automobile, Carlos Ghosn a écarté l'idée que la France n'évolue pas en matière de compétitivité.

"Je ne me mets même pas dans cette perspective, je ne peux pas penser un instant que rien ne changera", a-t-il dit.

Il a confirmé l'ouverture prochaine de discussions avec les syndicats sur les moyens d'améliorer la compétitivité des usines françaises de Renault. De source syndicale, on avait précisé jeudi à Reuters que deux réunions sur ce dossier étaient programmées le 8 et le 23 octobre.

PAS DE SUPPRESSIONS DE POSTES "POUR L'INSTANT"

"(Il faut) des mesures concrètes sur un plan établi au niveau du pays d'un côté, au niveau des entreprises (de l'autre) Chacune doit faire son propre boulot", a dit Carlos Ghosn. "Il y a une série de mesures que nous devons prendre nous mêmes."

Le PDG de Renault a par ailleurs déclaré sur France 24 que les difficultés du groupe, si elles se confirmaient, conduiraient le groupe à réduire ses effectifs en France.

"Si nous voyons que nous sommes en face d'une baisse sensible et durable de la demande en France et en Europe, ce sera inévitable", a-t-il dit. "La décroissance des marchés va automatiquement induire une baisse de l'emploi dans les entreprises."

"Pour l'instant, nous n'avons pas de projet, nous n'avons pas de plan, mais nous regardons la situation de manière très prudente."

Contrairement à PSA Peugeot Citroën, qui annoncé en juillet 8.000 nouvelles suppressions d'emplois en France, Renault n'a pas pris de mesures drastiques, hormis quelques départs volontaires sur le site de Flins (Yvelines).

Carlos Ghosn, également PDG de Nissan, prévoit une baisse de 13% du marché automobile français et de 8% du marché européen cette année, et probablement un nouveau repli en 2013.

Les dirigeants des grands constructeurs ont tous livré le même message au Mondial de l'auto : l'année 2013 s'annonce tout aussi désastreuse que 2012 en Europe, ce qui rend le problème des surcapacités encore plus criant.

"Les marchés français et européens continuent de dégringoler, nous ne sommes pas sûrs d'avoir vu le fond", a même déclaré vendredi le directeur général de Renault Carlos Tavares, sur BFM Business.

"Nous sommes maintenant installés dans une situation qui va être durable plusieurs années", a-t-il dit. "Nous ne reviendrons pas à des niveaux de pré-crise au niveau des marchés avant trois à cinq ans."

"Il faut donc se préparer pour une période relativement longue, et donc ceci suppose que nous amenions la performance industrielle de nos sites en France au niveau du 'benchmark' d'autres sites européens."

En Bourse, l'action Renault cédait 0,35% à 36,94 euros à 14h00, contre un repli de 0,14% pour l'indice sectoriel européen de l'automobile.

Benjamin Mallet, avec Gilles Guillaume au Mondial, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5062559 le vendredi 28 sept 2012 à 15:43

    Mais le différentiel coût du travail devient donc donc moindre (10%). mais entre temps ils ont élaboré des produits qui leur donne 10 ans d'avance.

  • M5062559 le vendredi 28 sept 2012 à 15:41

    Suite. Ces nouvelles lois et autres environnements fiscal et social ont permis aux concurrents de Renault d'avoir un coût de travail de 40% à 60% moins cher. Et ainsi en 7 ans ils ont pu investir des sommes colossales dans la RetD et et avoir un avantage en termes de produits décisifs. depuis deux ans les salaires ont augmenté de 25%.

  • M5062559 le vendredi 28 sept 2012 à 15:37

    A gjeanno entre dirigeants de talents on peut se tutoyer. Vois tu je ne jette pas le blâme sur carlos. car je sais que depuis 12 ans voir 30 ans,il est très handicapé par l'environnement législatif et fiscal de la France. Si on compare avec l'Allemagne, les mercedes, audi, et autres ont bénéficié il y a 8 ans de nouvelles lois.

  • laeti453 le vendredi 28 sept 2012 à 15:35

    A prix égal, vous achetez une voiture allemande ou une voiture française? voilà, c 'est ça le problème: moitié psychologique et moitié réaliste.... Combien de fois les constructeurs ont trompé leurs clients avec des voitures mal finies ou fragiles? Sans parler des législations débiles qui pénalisaient les moteurs de plus de 7cv fiscaux : ce fut la fin des voitures françaises de haut de gamme!Mercy les planificateurs!

  • M5062559 le vendredi 28 sept 2012 à 15:34

    A Gjeanno1 On sent chez vous une intelligence et un savoir faire hors du commun. Il faut que vous remplaciez Carlos à la tête de Renault. Si vous êtes bloqué par la CGT, créez votre boite . Mais pas en France car vous feriez rapidement faillite malgré vos grandes qualité reconnues de tous.

  • LeRaleur le vendredi 28 sept 2012 à 15:16

    On achètera du Nissan.

  • gjeanno1 le vendredi 28 sept 2012 à 15:16

    A faire du low cost, tu as fais des produit mort-né, fade, et sans marge qui ont ruiné ta société! Au passage tu as encrouté un savoir faire, appauvri tes salariés qui étaient aussi tes 1er clients.Ta vision courtermiste echoue dans le mur maintenant mais ca fait bien longtemps que tu es sortie de piste.

  • gjeanno1 le vendredi 28 sept 2012 à 15:15

    Carlos t'es mauvais !Un plan d'actions ?! Mais c'est le boulot des PDG de faire cà !Combien tu touche déjà?? 10M€/an avec Nissan et 3M€ avec Renault et tu oses demander un plan d'action du gouvernement? Ri-di-cule !Ta vision du low cost tout puissant a tué Renault. Pourquoi Renault n'est plus capable de produire en France alors que Mercedes, Audi et BMW produise largement encore en Allemagne...?

  • dream42 le vendredi 28 sept 2012 à 14:54

    Un benchmark d'autres sites européens.....je rigole ( noir ) il n'y pense que maintenant....mais qu'elle a été sa politique durant les 10 dernières années...

  • dream42 le vendredi 28 sept 2012 à 14:51

    Et ils se prennent pour de grands partons....des visonaires...des financiers avertis...Comment peuvent ils parler de base naturel en France quand ils l'exploite au détriment des gros marchés asiatiques qu'ils ne pénètre pas.