Renault pénalisé par ses choix technologiques

le
0
A picture taken on January 15, 2016 in Saint-Herblain, western France, shows two Renault cars on a parking. A government-appointed commission said on January 14, 2016 that Renault diesel engines failed pollution tests and investigators raided its facilities, raising fears the French carmaker could also be caught up in an emissions scandal. Officials said however no pollution cheating software was found on Renault cars. / AFP / LOIC VENANCE
A picture taken on January 15, 2016 in Saint-Herblain, western France, shows two Renault cars on a parking. A government-appointed commission said on January 14, 2016 that Renault diesel engines failed pollution tests and investigators raided its facilities, raising fears the French carmaker could also be caught up in an emissions scandal. Officials said however no pollution cheating software was found on Renault cars. / AFP / LOIC VENANCE

Le constructeurs français, au début des années 2010, avait opté pour le moindre coût.

C’est une pratique courante dans l’industrie. Si des normes sont mises en place, tous les acteurs optimisent leurs investissements pour les respecter. Et pas plus. Dans l’automobile, comme ailleurs, c’est la règle absolue. Mais quand les règles du jeu changent en pleine partie, il y a des risques d’être pris en défaut.

Comme d’autres, Renault s’est fait taper sur les doigts pour n’avoir pas respecté « en condition réelle » des normes édictées et, jusqu’à présent, testées seulement en laboratoire selon une méthodologie précise. Les constructeurs « préparaient » leurs véhicules pour passer ces tests, mais le grand public et les associations écologiques se sont offusqués de ces tricheries et autres manipulations.

Cependant, les constructeurs ne faisaient, selon eux, que s’adapter à la règle, et soulignent que leurs véhicules ont tous été homologués. Que les normes et les tests qui les accompagnent ne signifient plus grand-chose, dans l’absolu, les constructeurs en étaient conscients, mais cela les arrangeait bien.

Solution très abordable Comme les tests de la commission Royal le montrent, toutes les marques ne sont cependant pas logées à la même enseigne en matière de dépassement des normes d’émissions de polluants (particules fines). Les véhicules Renault font ainsi beaucoup moins bien que PSA ou Mercedes, par exemple, même si ces derniers dépassent également les normes édictées hors optimisation de leurs véhicules pour passer les tests. Comment l’expliquer ? Par les choix t...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant