Renault-Nissan : après la crise, Carlos Ghosn parle fusion et succession

le
0
Le PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn, le 15 décembre 2015 à Yokohama. (© Nissan Motor)
Le PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn, le 15 décembre 2015 à Yokohama. (© Nissan Motor)

Trois jours après l'annonce d'un accord avec l'Etat français, Carlos Ghosn a précisé sa vision sur l'avenir de l'alliance Renault-Nissan lors d'une table ronde avec la presse au siège de Nissan, à Yokohama : «Je sais que le marché veut une fusion, mais il a sa propre logique et nous avons la nôtre. L'idée d'une fusion était déjà apparue en 1999. C'est une décision facile à prendre, mais pas à exécuter, je ne pense pas que nous soyons prêts aujourd'hui.»

«Nous avons besoin de beaucoup plus de convergences pour imaginer un jour éventuellement une fusion», a poursuivi le PDG, sans fermer totalement la porte : «Nous n'excluons pas que peut-être un jour elle fera sens.»

Revendiquant «une approche très pragmatique, sans tabou», il a mentionné les «peurs d'une Nissan-isation de Renault, et d'une Renault-isation de Nissan». «Si (la fusion) est source d'inquiétudes, et non d'espoir, (...) quand vous sentez des résistances c'est que le moment n'est pas venu.»

«Le problème est derrière nous»

Carlos Ghosn est aussi revenu sur la conclusion d'un compromis encadrant l'influence de l'Etat français au sein de Renault, épilogue de huit mois de crise «Le problème est derrière nous. Je suis satisfait de voir qu'après ces difficiles et sensibles négociations, nous avons fini par trouver un dénominateur commun. Maintenant que cet obstacle est surmonté, nous allons pouvoir

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant