Renault-L'accord conforte l'Etat comme 1er actionnaire-Bercy

le
0
    PARIS, 11 décembre (Reuters) - Les ministères français de 
l'Economie et des Finances se sont félicités vendredi de 
l'accord trouvé sur l'alliance Renault-Nissan qui conforte, 
selon eux, la place de l'Etat comme premier actionnaire du 
constructeur français. 
    Au terme d'un conseil d'administration de cinq heures, 
Renault  RENA.PA  a approuvé vendredi un accord pour stabiliser 
son alliance avec Nissan  7201.T  et enterrer la hache de guerre 
avec l'Etat, sous la forme d'un compromis visant à clore 
plusieurs mois de débats houleux sur l'équilibre du constructeur 
automobile franco-japonais. 
    En vertu de cet accord, l'Etat conserve le principe de ses 
futurs droits de vote double, mais ses droits de vote seront 
plafonnés à au moins 17,9% pour les sujets ordinaires. 
 ID:nL8N14025A  
    "Ce dispositif de plafonnement permet ainsi de rassurer 
pleinement Nissan sur l'absence de contrôle de Renault par 
l'Etat, tout en confortant le statut de l'Etat comme premier 
actionnaire de la société, en capital et en droits de vote", 
déclarent dans un communiqué Emmanuel Macron et Michel Sapin, 
respectivement ministre de l'Economie et ministre des Finances. 
    "De manière à sécuriser ces accords aux yeux de l'ensemble 
des parties prenantes, les parties ont souhaité y introduire des 
mécanismes de sanction crédibles", poursuivent-ils. 
 
 (Matthieu Protard, édité par Nicolas Delame) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant