Renault : Ghosn ouvert à toutes les possibilités

le
0
Renault : Ghosn ouvert à toutes les possibilités
Renault : Ghosn ouvert à toutes les possibilités

En marge de l'ePrix de Londres de Formule E, Carlos Ghosn s'est longuement entretenu avec la presse. Le patron de l'Alliance Renault-Nissan a fait le point sur l'engagement de la marque française en sport automobile et, surtout, en Formule 1.

L’avenir de Renault en F1 n’est pas encore scellé. Présent à Londres pour assister à la finale du championnat de Formule E, Carlos Ghosn, patron de Renault, s’est exprimé sur l’engagement de sa marque en sport automobile, et surtout en F1. « Nous honorerons bien sûr nos contrats à court terme avec les différentes équipes de F1 auxquelles nous sommes liés, a affirmé le patron de l’Alliance Renault-Nissan face aux journalistes présent à Londres pour l’ePrix de Londres de Formule E. La F1 propose une compétition intéressante mais pour l’avenir, nous devrons prendre en compte plusieurs facteurs. » Carlos Ghosn en a profité pour répondre directement aux invectives venues des dirigeants de Red Bull, Dietrich Mateschitz principalement. « Je remarque qu’en F1, on oublie vite de vous citer quand on gagne mais on vous pointe vite du doigt quand on perd, a déclaré le patron de la marque française. C’est un élément qui fait partie de notre réflexion. »

Ghosn veut un retour sur investissement

Si Renault reste en F1 au-delà de la saison 2016 et la fin de ses contrats avec Red Bull Racing et la Scuderia Toro Rosso, ce sera à certaines conditions que Carlos Ghosn n’a pas hésité à expliciter. « La question de la gouvernance et de l’orientation qu’elle souhaite donner à la F1 est importante, également. Nous savons combien nous dépensons, nous savons combien nous pouvons recevoir de nos contrats de sponsoring, il nous reste à avoir une vision claire de la redistribution des droits de télévisions par l’organisateur des Grands Prix, a résumé le patron de Renault. Je comprends que lui puisse gagner ou perdre et que cela influe sur le retour que nous pouvons attendre de notre engagement et des investissements que nous consentons. Mais Renault est une équipe qui a largement contribué, et depuis longtemps, à assurer le show en Formule 1 et c’est quelque chose qui pourrait être mieux pris en considération. » A entendre Carlos Ghosn, Renault souhaite avoir autant de poids que des équipes comme Ferrari ou McLaren. Mais, pour cela, il faudrait que la marque ressorte du rôle de motoriste qu’elle a pris en vendant l’écurie d’Enstone à Gérard Lopez.

Un retour du Renault F1 Team en 2017 ?

Et un retour d’une écurie 100% Renault, comme entre 2000 et 2010 suite au rachat de l’écurie Benetton, est une des options qui restent dans les mains de Carlos Ghosn, chose qui avait été confirmée par le patron de Renault F1, Cyril Abiteboul. « Ça aurait du sens. Nous irons jusqu’au terme de notre contrat avec Red Bull, mais nous ferons des annonces quant à l’avenir dans les prochains mois, a affirmé Carlos Ghosn. Cet argent que nous investissons sur la F1, nous pourrions le dépenser ailleurs si nous estimons que cela aura plus de sens. » A voir désormais quelle écurie pourrait être rachetée par Renault : Toro Rosso, Sauber ou Lotus sont en difficulté au niveau financier et pourrait voir d’un bon œil l’entrée d’un nouvel investisseur. En dehors de la F1, le championnat du monde d’endurance pourrait intéresser le groupe, un championnat dans lequel les débuts de Nissan ont fait l’effet d’un pétard mouillé aux 24 Heures du Mans. A ce sujet, Carlos Ghosn s’en est tiré avec une pirouette. « Nissan a toujours été lié à l’innovation. Nous avons fait une tentative qui ne s’est pas révélée fructueuse, il faut réévaluer la stratégie, a noté le patron de Renault-Nissan. Nous avons voulu être différents et compétitifs, nous avons seulement été différents. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant