Renault-Bénéfice net triplé, les marges éclipsent la Russie

le
0

* Bénéfice net pdg 1,89 md en 2014, dividende de 1,90 * Bénéfice d'exploitation 1,1md, contre -34 mlns en 2013 * La baisse des coûts éclipse les effets de changes * Contribution négative de 182 mlns du russe AvtoVAZ * 1.000 embauches en France via l'accord de compétitivité (Actualisé avec propos du CFO et précisions) par Gilles Guillaume et Laurence Frost BOULOGNE-BILLANCOURT (Hauts-de-Seine), 12 février (Reuters) - R enault RENA.PA a fait état jeudi d'un triplement de son bénéfice net en 2014, l'augmentation de la productivité du groupe et une baisse des dépréciations ayant éclipsé les effets de changes négatifs et la crise du marché automobile russe. Le constructeur automobile a dégagé l'an dernier un bénéfice net, part du groupe, de 1,89 milliard d'euros, contre 586 millions en 2013, et proposera un dividende de 1,90 euro, contre 1,72 euro l'exercice précédent. Ce bond, malgré une contribution négative de 182 millions d'euros du groupe russe AvtoVAZ AVAZ.MM , désormais contrôlé par l'alliance Renault-Nissan 7201.T mais dont les comptes ne seront pas consolidés complètement en 2015 mais au-delà, reflète la forte amélioration du résultat d'exploitation du constructeur français. Celui-ci est redevenu positif, à hauteur de 1,1 milliard d'euros contre -34 millions en 2013, grâce notamment à 844 millions de réductions de coûts imputables aux synergies avec les partenaires du groupe et à ses gains de compétitivité en France. Ces effets ont largement compensé un impact des changes négatif à hauteur de 471 millions d'euros. "L'amélioration de la rentabilité vient principalement d'une amélioration de la compétitivité coûts. Dans l'industrie automobile, c'est une condition assez sine qua non parce que le chiffre d'affaires progresse peu", a souligné le directeur financier de Renault, Dominique Thormann, à des journalistes. Il a précisé que les économies se sont surtout accrues en 2014 dans la fabrication des véhicules. La forte hausse du résultat d'exploitation s'explique aussi par des charges de restructuration et dépréciations d'actifs inférieures de moitié, 2013 ayant été notamment marquée par des provisions sur l'Iran. Renault s'est fixé pour 2015 des objectifs similaires à ceux de l'année écoulée, à savoir une hausse de la marge opérationnelle du groupe et de l'automobile grâce notamment à une vaste offensive commerciale (Espace, Kadjar et remplaçante de Laguna). Il vise aussi un free cash flow opérationnel de l'automobile positif, après 1,08 milliard d'euros en 2014. Le groupe a également annoncé son intention d'embaucher cette année 1.000 personnes en France, pour moitié dans ses usines, soit un nombre légèrement supérieur aux engagements qu'il avait pris en mars 2013 lors de la signature d'un accord de compétitivité avec ses syndicats. En échange, ceux-ci ont accepté des concessions sur les salaires et le temps de travail, ainsi que la suppression de 7.500 postes via des départs naturels. En Bourse, le titre Renault a clôturé mercredi à 69,21 euros. Il gagne plus de 14% depuis le début janvier. * Le communiqué : http://bit.ly/19bad5z * La présentation : http://bit.ly/1ApRkXe * Tableau des chiffres clefs depuis 2011 : http://bit.ly/1B0DT0Y (Edité par Dominique Rodriguez)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant