"Renato e golo !"

le
0
"Renato e golo !"
"Renato e golo !"

Après Ruben Neves, Gélson Martins et le tube de l'été Gonçalo Guedes, le foot portugais vient d'assister à l'éclosion d'un nouveau joueur prometteur, Renato Sanches. Enfant de la street avec la dose d'insolence qui va avec sur le terrain, le milieu relayeur n'a eu aucun mal à s'imposer chez les seniors quand Rui Vitória a décidé de le lancer dans le grand bain. Reste maintenant à confirmer. Et gagner en intelligence tactique.

"Benfica a le meilleur centre de formation du monde." Jorge Mendes a le don d'exagérer quand il s'agit de défendre ses intérêts. Il sait très bien que ce qu'il dit est un mensonge. En revanche, ce que l'on peut lui accorder, c'est que l'academia benfiquista est progressivement en train de s'imposer comme étant l'une des meilleures d'Europe. Sur le plan national, il n'est plus scandaleux de dire qu'elle est au moins à la hauteur de celle du voisin sportinguista. Il n'y a qu'à voir les joueurs qui en sont récemment sortis pour s'en convaincre. Bernardo Silva, André Gomes, João Cancelo, Ivan Cavaleiro ou encore Gonçalo Guedes sont autant d'éléments prometteurs qui contribuent au prestige de Benfica. Mieux, la dernière pépite sortie du centre de formation encarnado laisse entendre que cette vague d'éclosions massives n'est pas près de se terminer.

Elle, ou plutôt il, s'appelle Renato Sanches et est en train de se faire une place au chaud dans le onze de départ de Rui Vitória. En matière de précocité, il est aux Lisboètes ce que Ruben Neves est au rival du Nord. Plus jeune joueur du siècle à jouer un match de Ligue des champions pour Benfica, plus jeune buteur du siècle à l'Estádio da Luz – et de fort belle manière – contre l'Académica, le banlieusard n'en finit plus de faire tomber les records, à tel point que beaucoup s'emballent. Sa force, sa folle explosivité, ses remontées de balle à la Willian, ainsi que l'irrévérence du footballeur de rue qu'il a été en font d'ores et déjà un joueur atypique et les observateurs du foot lusitanien lui prédisent un avenir radieux. N'empêche que le plus dur reste à venir pour Sanches. Sur les trois seuls milieux de terrain benfiquista plus précoces que lui, il n'y a eu qu'un Maniche pour un Hugo Leal et un Manuel Fernandes. Attention à ne pas se tromper de chemin.

Acheté par Benfica pour 750 euros et 25 ballons… imaginaires


Le droit chemin, Renato a justement failli le perdre de vue à de nombreuses reprises. Très fort dès son plus jeune âge, "le gamin aux tresses" - comme on l'appelle encore – a longtemps hésité entre faire fructifier son talent et traîner avec les grands du quartier qui alignaient phrases et punchlines dans les rues du quartier de la Musgueira, à quelques…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant