Rémy Vercoutre, le retour de l'homme assis.

le
0
Rémy Vercoutre, le retour de l'homme assis.
Rémy Vercoutre, le retour de l'homme assis.

Ce vendredi, l'OL reçoit Caen pour le compte de la 18e journée de Ligue 1. Un match loin d'être anodin pour Rémy Vercoutre. En effet, après onze années passées sur le banc de l'OL, voilà que le gardien revient à Gerland sous les couleurs de Caen. Et dans la peau d'un titulaire, s'il vous plaît.En juin dernier, après onze années de bons et loyaux services (en fait, douze ans dont une année passée en prêt à Strasbourg en 2004-2005, ndlr), Rémy Vercoutre décide de tourner la page de son histoire avec l'OL. Plus qu'une page, on peut d'ailleurs parler d'un roman. Un roman savoureux dont les pages principales se sont écrites sur le banc de Gerland et de tous les stades de France. Car, oui, à Lyon, Vercoutre était remplaçant. LE remplaçant, même. Plusieurs gardiens ont gardé les bois lyonnais, et tous ont été secondés par le natif du Nord-Pas-De-Calais. De Coupet à Lopes en passant par Lloris, c'est avec lui qu'ils s'entraînaient quotidiennement. Ce vendredi soir, l'ancienne idole rhodanienne est de retour chez elle, à Lyon, mais avec le maillot de Caen sur les épaules. Floqué du n°1 de titulaire.
Un jeune au-dessus du lot
Pour Vercoutre, l'histoire commence réellement à Montpellier, où il débarque à 17 ans pour peaufiner sa formation. Dominique Deplagne, ancien entraîneur des gardiens au centre de formation du club héraultais, se rappelle très bien du jeune portier. "Il avait 17 ans à l'époque, mais c'était déjà un gros bosseur avec une super mentalité, un mec qui en voulait vraiment", se souvient-il. Le jeune Rémy est donc tout sauf un fainéant, ce n'est d'ailleurs pas un hasard s'il est appelé dans le groupe pro, deux ans plus tard, à seulement 19 piges. Pour Deplagne, Vercoutre est alors à l'aube d'une belle carrière : "Pour moi, que ce soit lui ou Rudy Riou, ils avaient les qualités pour être n°1, ils étaient au-dessus de la moyenne."

Si les deux sont talentueux, c'est tout de même Riou qui joue les premiers rôles, Vercoutre le secondant en cas de coup de dur. Mais lorsque cela arrive, le jeune Rémy ne tremble pas, comme s'en souvient Cyril Ramond, son ancien coéquipier à Montpellier : "C'était un joueur très mature pour son âge, quand Rudy s'est blessé, il a dû répondre présent, et il l'a plutôt bien fait. " Si tout le monde est unanime pour dire qu'il a les qualités pour être titulaire dans l'élite, Rémy s'engage pourtant avec l'OL en 2002. Un club où la donne est claire : il sera le remplaçant de l'indéboulonnable Greg Coupet.
Une vie de remplaçant
C'est alors que commence sa nouvelle vie, celle de doublure. Un choix de carrière, déjà, à seulement 22 ans. Car, au...





En juin dernier, après onze années de bons et loyaux services (en fait, douze ans dont une année passée en prêt à Strasbourg en 2004-2005, ndlr), Rémy Vercoutre décide de tourner la page de son histoire avec l'OL. Plus qu'une page, on peut d'ailleurs parler d'un roman. Un roman savoureux dont les pages principales se sont écrites sur le banc de Gerland et de tous les stades de France. Car, oui, à Lyon, Vercoutre était remplaçant. LE remplaçant, même. Plusieurs gardiens ont gardé les bois lyonnais, et tous ont été secondés par le natif du Nord-Pas-De-Calais. De Coupet à Lopes en passant par Lloris, c'est avec lui qu'ils s'entraînaient quotidiennement. Ce vendredi soir, l'ancienne idole rhodanienne est de retour chez elle, à Lyon, mais avec le maillot de Caen sur les épaules. Floqué du n°1 de titulaire.
Un jeune au-dessus du lot
Pour Vercoutre, l'histoire commence réellement à Montpellier, où il débarque à 17 ans pour peaufiner sa formation. Dominique Deplagne, ancien entraîneur des gardiens au centre de formation du club héraultais, se rappelle très bien du jeune portier. "Il avait 17 ans à l'époque, mais c'était déjà un gros bosseur avec une super mentalité, un mec qui en voulait vraiment", se souvient-il. Le jeune Rémy est donc tout sauf un fainéant, ce n'est d'ailleurs pas un hasard s'il est appelé dans le groupe pro, deux ans plus tard, à seulement 19 piges. Pour Deplagne, Vercoutre est alors à l'aube d'une belle carrière : "Pour moi, que ce soit lui ou Rudy Riou, ils avaient les qualités pour être n°1, ils étaient au-dessus de la moyenne."

Si les deux sont talentueux, c'est tout de même Riou qui joue les premiers rôles, Vercoutre le secondant en cas de coup de dur. Mais lorsque cela arrive, le jeune Rémy ne tremble pas, comme s'en souvient Cyril Ramond, son ancien coéquipier à Montpellier : "C'était un joueur très mature pour son âge, quand Rudy s'est blessé, il a dû répondre présent, et il l'a plutôt bien fait. " Si tout le monde est unanime pour dire qu'il a les qualités pour être titulaire dans l'élite, Rémy s'engage pourtant avec l'OL en 2002. Un club où la donne est claire : il sera le remplaçant de l'indéboulonnable Greg Coupet.
Une vie de remplaçant
C'est alors que commence sa nouvelle vie, celle de doublure. Un choix de carrière, déjà, à seulement 22 ans. Car, au...






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant