Rémy Cointreau: la demande de cognac de la Chine en vue.

le
0

(CercleFinance.com) - Tombée vers 55 euros à l'automne dernier, l'action Rémy Cointreau a depuis connu un beau mouvement de reprise qui la porte maintenant vers 70 euros. En effet, sa marque amirale, les cognacs Rémy Martin, a renoué avec la croissance organique au 3e trimestre (soit d'octobre à décembre 2015), la Chine s'étant distinguée. Et maintenant, alors que les ventes annuelles sont attendues la semaine prochaine ?

En effet, Rémy Cointreau a indiqué, le 21 janvier dernier, que son CA avait renoué avec la croissance organique au 3e trimestre 2015/2016 (+ 3,2%), soit entre octobre et décembre. Et ce après - 9% au 1er trimestre et 3 3,2% au second. Elément explicatif : le retour de la croissance organique, au T3, pour Rémy Martin (+ 6,4%) et la division Liqueurs & spiritueux (+ 4%).

Or la célèbre marque Rémy Martin concentre environ 60% du CA de Rémy Cointreau. 'L'amélioration des ventes vers la Grande Chine et les Etats-Unis sont les principaux moteurs de cette inflexion positive', expliquait alors le groupe. A l'issue de cette publication, la direction avait confirmé son objectif 2015/2016, à savoir : une croissance de son résultat opérationnel courant à devises et périmètre constants.

En vue des ventes annuelles de Rémy Cointreau, que peut-on anticiper pour l'Asie pour les mois de janvier à mars ? Hier, Morgan Stanley est revenu sur le marché de cognac, dont ses analystes estiment que la marque Rémy Martin concentre 14% des volumes globaux, après Martell (15% ; propriété de Pernod Ricard) et Hennessy (46% ; LVMH).

En partant ces dernières statistiques publiées par le Bureau national interprofessionnel du cognac (BNIC), les analystes calculent qu'en mars 2016, les expéditions de cognac vers l'Asie (dont la Grande Chine représenterait 85%, selon Morgan Stanley) se sont contractées de 12%, la base de comparaison étant il est vrai défavorable. Les données mensuelles étant volatiles, Morgan Stanley fait un point sur six mois : sur cette période en Asie, les volumes vendus comme le CA seraient restés stables dans la région.

Le marché chinois est suivi de près par les producteurs de cognacs car en proportion, les consommateurs de ce grand pays émergent demandent bien plus de produits 'haut de gamme' - par conséquent mieux margés - que les autres.

D'une manière générale, les analystes jugent que le marché chinois offre peu de visibilité et qu'il convient de rester prudent. Morgan Stanley suppute d'ailleurs que Hennessy, la grande marque de cognac de LVMH, 'gagne des parts de marché en Chine'. LVMH, qui vient de faire état de ses ventes 2015, se montrait d'ailleurs plutôt optimiste quant à la demande locale, notamment lors du Nouvel An chinois. Ce qui n'est pas forcément très positif pour les concurrents de Hennessy.

'De notre point de vue, le ralentissement de la croissance économique chinoise et la campagne 'anti-ostentation' toujours en cours vont continuer de peser sur la demande de cognacs premium', jugent les analystes.

Prochain événement inscrit sur l'agenda de Rémy Cointreau, qui permettra de tirer les choses au clair : les ventes de l'exercice 2015/2016, attendues au matin du 19 avril. Pernod Ricard publiera ensuite le 21.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant