Rémunération des patrons : Valls « souhaite » des mesures dès la loi Sapin II

le , mis à jour à 21:33
6
Rémunération des patrons : Valls « souhaite » des mesures dès la loi Sapin II
Rémunération des patrons : Valls « souhaite » des mesures dès la loi Sapin II

Une polémique sur fond de duel Valls/Macron. Le Premier ministre a indiqué, ce vendredi, «souhaiter» que les mesures encadrant la rémunération des dirigeants d'entreprises soient intégrées dans le projet de loi Sapin II dont les débats parlementaires doivent débuter en juin. Les mesures doivent également être intégrées dans une proposition de loi d'un député Front de gauche, discutée le 26 mai à l'Assemblée nationale.

Jeudi, Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie avait contredit le locataire de Matignon et François Hollande en se disant contre une telle législation. Mais Manuel Valls persiste et signe. Lors de son déplacement à Privas, en Ardèche, ce vendredi il a souligné qu'il n'y avait «qu'une seule ligne dans le gouvernement, valoriser le travail, le mérite mais aussi combattre des rémunérations indécentes», rapporte Le Figaro.

Macron fait bande à part

L'augmentation du salaire du patron de Renault Carlos Ghosn, malgré le veto des actionnaires, s'est accompagnée d'une polémique sur la rémunération des grands patrons. Mardi, François Hollande avait menacé de recourir à la loi si le patronat n'agissait pas. Dans la foulée, 40 personnalités ont demandé au gouvernement de légiférer pour plafonner ces salaires à 100 Smic, dans une tribune publiée dans Libération jeudi. Une position qui va dans le sens de celle de François Hollande, le chef de l'Etat ayant menacé de recourir à la loi si le patronat n'agissait pas.

Une position soutenue par Manuel Valls, mais pas par Emmanuel Macron. «Je pense que la loi n'est pas la bonne méthode, a expliqué le locataire de Bercy devant une conférence d'investisseurs jeudi. C'est au monde économique de montrer qu'il est à la hauteur de cela, sinon, celles et ceux qui proposent aujourd'hui une loi seront légitimes dans quelques temps à la faire.»

Donner le pouvoir de décision aux actionnaires

«Nous devons faire en sorte que le vote des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 82554976 il y a 7 mois

    Quand les patrons sont des nuls et conduisent leurs entreprises à la faillite , une loi s'impose ? Que fais-tu contre atomic anne ???

  • lulu1214 il y a 7 mois

    Et les joueurs de foot ???

  • dsta il y a 7 mois

    Avec ton 49.3, tu ne te serais pas assis sur ce que tes députés ne veulent pas mon petit Valls? Alors tes leçons...! Il y a mieux on pourrait comparer les résultats de Monsieur Ghosn....avec les tiens, pour voir! ...Et là on se rendrait vite compte que Monsieur Ghosn, ferait mieux de prendre ta place, avant que la France soit en faillite totale!

  • msoulie3 il y a 7 mois

    T'es bécasse, Manuel. Avec de tels salaires, ça te fait de si gros impôts. T'y a pensé ???????

  • dsta il y a 7 mois

    Tu es plus rapide pour çà que pour arrêter tes copains "casseurs" !

  • am013 il y a 7 mois

    Cette attitude du patron de Renault, comme celle des politiques en général est courante...ils s'assoient tous sur les règles et font ce qu'ils veulent...nous sommes dans une monarchie plurielle et rampante sous le couvert d'une soi disante démocratie...Et CE Macron, y a que le jeter aux orties.